jeudi 10 mai 2018

Service Civique et dévouement bénévole, regard d'une missionnée


Bonjour !

Voilà une réflexion qui me trotte dans la tête depuis un moment, mais qu'un vieil article de Plumaline sur lequel je suis tombée un peu par hasard m'a décidée à écrire. En Décembre 2017 elle se demandait si l'on faisait du bénévolat seulement par altruisme et réalisait que son engagement lui apportait quelque chose, du point de vue des relations humaine, surtout. Cet article m'a refait penser à quelque chose que j'avais lu dans un article de Reporterre sur le blocage de la fac de Tolbiac. Ils rapportaient notamment une partie d'un débat sur le Service Civique regrettant qu'il n'y ait pas "dévouement bénévole" et que les jeunes engagés se soient lancés d'abord pour l'argent et en vue d'obtenir une première expérience professionnelle. Une critique était également faite à propos du fait que le Service Civique a été proposé à certains jeunes à la place d'une peine de prison, ce qui annule le côté "volontaire" de la mission.

Au risque de paraître égoïste, ou pessimiste, je pense que l'on ne fait rien "gratuitement", simplement par altruisme. Même quand on aide quelqu'un sans attendre qu'il nous renvoie l'ascenseur un jour, on l'aide parce que ça nous fait plaisir de l'aider, ou que le remerciement nous flatte, nous rend fier d'avoir fait quelque chose de bien, par exemple. Lison s'engage parce qu'elle acquiert du savoir, rencontre des gens qu'elle n'aurait rencontré autrement, que ça l'enrichit et qu'elle y trouve un intérêt. L'Homme est ainsi fait que, si l'on ne trouve pas d'intérêt à ce que l'on fait, eh bien on ne le fait pas. Mais l'intérêt peut être aussi de simplement trouver sa voie, donner un sens à sa vie en donnant de son temps pour essayer d'améliorer la planète, que l'on quittera en se disant que finalement on n'a pas été là pour rien. Ou même des choses encore plus bêtes.

Par exemple j'aime bien candidater pour être bénévole sur des compétitions sportives internationales, et être en tribune de presse pour rouspéter contre les journalistes qui prennent des photos alors que c'est interdit. Pourtant, professionnellement, ce n'est pas super enrichissant... et en plus ça me coûte de l'argent (en transport, hébergement et nourriture). Alors pourquoi je le fais ? Parce que je rencontre des gens mais aussi parce que j'aime bien l'ambiance des stades de sport. C'est tout. Un truc aussi bête que ça : l'ambiance des stades (sans les sifflets).

Donc, même quand il n'y a pas de notion d'argent, ou de ligne en plus à ajouter sur son CV, on peut retirer un intérêt – humain – à faire ce que l'on fait. Et c'est pour ça que l'on le fait. J'ajouterais que, si soi-même l'on n'est pas bien dans ce que l'on fait, ou ce que l'on est, on peut difficilement aider les autres.

Donc non, il n'y a pas de "dévouement bénévole". Et en fait, dans le fond, on s'en fiche pas mal. D'une part en raison du fait que ce n'est pas parce qu'il n'y a pas de "dévouement bénévole" que le travail accompli ne plaît pas au jeune en Service Civique ; et d'autre part parce que l'important ce ne sont pas les raisons qui ont amenées le jeune à candidater en Service Civique, mais ce qu'il se passe pendant ce Service Civique.

Qu'est-ce que ça fait si le jeune voulait gagner un peu d'argent ? voulait obtenir une certaine indépendance ? voir autre chose ? acquérir une expérience professionnelle ? Je vais vous dire : j'ai candidaté en Service Civique pour travailler dans une radio, m'améliorer, pouvoir ensuite le valoriser sur mon CV parce qu'à ce moment-là je ne voulais pas faire d'études dans le journalisme ; j'ai candidaté aussi pour avoir l'occasion de ne plus vivre avec mes parents pendant un an, goûter à l'indépendance, mais aussi découvrir une autre ville, une autre région, et rencontrer d'autres gens. Est-ce que ça veut dire que je ne m'implique pas dans ma mission ? Est-ce que ça veut dire que je n'apprécie pas travailler avec mes collègues ? Que je ne suis pas honnête et investie ? et que je ne fais pas du bon travail ? Non.

Peu importent les raisons qui font que je me suis inscrite dans un Service Civique : l'important c'est le résultat. Le résultat c'est que je rencontre des gens que je n'aurais jamais rencontré sans ça, y compris des gens qui ne sont pas de ma catégorie socio-professionnelle, ou du même bord politique que moi (déjà faudrait que j'arrive à me placer dans l'échiquier politique, mais c'est une autre question...). Je rencontre des gens qui m'enrichissent. Peut-être même plus humainement que professionnellement. Et, quand je partirai de la ville où je suis, ma façon de m'engager sera un peu différente. Ici, par exemple, j'achète une partie de ma nourriture au marché, et mes livres dans une librairie, ce que je ne faisais pas avant mais que je continuerai de faire après. On pourrait dire que ce n'est rien, que j'aurais pu le faire sans ça... peut-être. Peut-être pas.

Je sais aussi que cette année de Service Civique est une vraie respiration pour moi. Comme une parenthèse. Que j'ai pu me poser et réfléchir lentement à ce que je voulais faire après. Sans avoir à me presser, en voyant que j'ai des tas de possibilités, et en me rapprochant de celles qui me plaisent le plus. Peu importent les raisons pour lesquelles je me suis retrouvée ici : l'important c'est ce que ces quelques mois de Service Civique vont faire sur moi, sur ce que je sais, et sur ce que je suis.

Et c'est pour ça que je ne vois pas le problème à ce que l'on propose à des jeunes le Service Civique plutôt qu'une peine de prison. Alors, évidemment, ça dépend de la mission, si on la lui impose ou si on la lui laisse choisir. Mais, franchement, vous préférez qu'il termine dans un centre de détention absolument pas pédagogique pour un sou, et en ressorte encore plus énervé que quand il y est entré ? Ou qu'il rencontre des gens pour lui ouvrir un peu l'esprit, lui redonner confiance en lui, l'accompagner ?

Bien sûr, ce n'est pas tout rose. Bien sûr, il y a de grosses structures qui ne respectent pas les règles (comme le fait de ne pas verser les cent sept euros, ou de faire faire trop d'heures, ou des missions qui ne devraient pas dépendre du Service Civique...) mais est-ce une raison pour descendre le principe même ? Oui, bien sûr, ça permet de faire baisser les chiffres du chômage des jeunes. On n'est plus à ça près... Moi, je préfère qu'un jeune aille en Service Civique plutôt qu'il connaisse la prison.

Et puis, quel est le mal à vouloir gagner de l'argent ? Quel est le mal à vouloir développer ses compétences professionnelles ? On ne peut pas ? Même si on ne voulait pas ça serait impossible : toute expérience nous nourrie, humainement comme professionnellement. Et on a besoin d'argent pour vivre. Ce ne sont pas de vils motifs que de vouloir gagner un peu d'argent et ajouter une ligne significative à son CV (d'autant plus dans le contexte actuel). Ce n'est pas ça qui va salir notre travail. Ou alors il va falloir m'expliquer...

Non, il n'y a pas de dévouement bénévole, mais ce n'est, encore une fois, pas ce qui importe. Ce qui importe c'est l'effet du Service Civique sur les jeunes. Et puis d'abord on a le droit de vouloir toucher du doigt d'indépendance. Certains jeunes en ont même besoin, considérant leur cadre familial.

Qu'en pensez-vous ? Êtes-vous bénévole dans une association et qu'en retirez-vous ?

Source photo – Ouest France

6 commentaires:

  1. Je n'y avais jamais songé de la sorte, mais finalement, c'est vrai que lorsqu'on fait du bénévolat, on en retire aussi quelque chose, c'est un enrichissement personnel... J'ai déjà fait quelques missions de bénévolat, et ce qui m'a le plus marqué à chaque fois, ce sont les rencontres que j'ai pu faire. On apprend tellement des autres !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, on apprend des autres et aussi sur nous-mêmes !
      Et puis, je pensais aussi à autre chose : certaines associations ont des salariés : le fait d'être payés dévalorise leur travail ? Je ne pense pas...

      Supprimer
  2. Comme souvent, je suis d'accord avec toi.
    Je suis bénévole dans une association qui réalise des actions pour sauvegarder les espèces marines méditerranéennes, et suis à la recherche d'une autre qui s'occupe de la place des femmes dans la société. Cela me donne le sentiment de ne pas subir les choses, par exemple.
    Sable

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui ! Il y a ça aussi ! J'ai rencontré une femme qui voulait faire quelque chose pour les migrants, les aider, parce que ça la révoltait totalement ! Il y a aussi cette idée de combattre une injustice, de faire avancer le shmilblik...

      Supprimer
  3. Ça me fait penser à un épisode de Friends où un des personnages dit qu'il n'y a pas de bonne action désintéressée car on en retire toujours quelque chose, même si ce n'est qu'un boost de self esteem.

    Bref, je suis d'accord avec toi, personne ne fait de bénévolat sans en retirer quelque chose, ne serait-ce que le sentiment d'avoir fait qqch de bien.

    PS: j'aime beaucoup le nouveau look de ton blog (peut-être pas si nouveau que ça!)! Et aussi, j'ai lu Michel Strogoff récemment, c'était une lecture... spéciale! ^^

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ben ce personnage a bien raison !

      Et puis, cette prof qui a donné sa mini-conférence de quinze minute à Tolbiac, elle n'a pas été payée, alors pourquoi l'a-t-elle fait ? Sans doute pour participer à un mouvement en lequel elle croit... donc c'est un peu l'hôpital qui se fout de la charité, cette affaire, en plus...!

      P.-S. : merci, et en fait si il est tout nouveau, je sais même pas s'il a deux semaines ! ;)
      Spéciale mais spéciale bien ou spéciale pas bien ? Moi j'ai bien aimé ! J'ai enchaîné sur Le Tour du monde en 80 jours.

      Supprimer