dimanche 6 mai 2018

Quand on commence, on n'a pas besoin de conseils, on a besoin de confiance


Bonjour !

Ceux et celles (écrire "ceux" avant !... mais où est donc passée la galanterie...?) qui me suivent sur Hellocoton savent que j'ai demandé un petit coup de main pour me lancer dans des articles sur l'écriture. J'ai des idées de sujets, mais pas vraiment de format et d'angle, et je patine, et j'attends, et donc j'ai demandé un petit coup de main. Et, si je n'ai pas trouvé exactement ce que je cherchais, j'ai trouvé autre chose. J'ai été interpellée par une phrase somme toute anodine de Mathilde de Dark Material World. Elle m'a dit "Moi-même j'aimerais me mettre à écrire mais j'ai besoin de conseils.". Ceci est faux. Quand on commence, on a pas besoin de conseils, on a besoin de confiance.

Et c'est vrai pour à peu près tout. Même dans les domaines où c'est plus difficile d'apprendre sur le tas. Quand on commence, avant d'avoir besoin de conseils, on a besoin de confiance. Alors... c'est vrai que je dis ça alors que j'ai commencé à écrire assez tôt. J'avais onze ans, à peu près, donc je ne sais pas ce que ça fait de se lancer sur le tard et de se poser plein de questions. Parce que quand on a onze ans on a encore ce petit côté enfant où on entreprend un truc comme ça, avec spontanéité et naturel, sans se demander par quel bout on va prendre la corde. Mais je sais que, quand on se lance, on a pas besoin de conseils, on a besoin d'y croire.

Les conseils peuvent rassurer, donner un cadre, mais si on n'a pas confiance ce cadre ne suffira pas. Pour commencer à écrire il suffit de prendre une feuille et un stylo, ou d'ouvrir un traitement de texte sur son ordinateur, ou même de s'emparer d'une vieille machine à écrire, et de créer des phrases en mettant des mots bout à bout. C'est tout. Vous avez écrit. Peut-être une poésie, peut-être du théâtre, peut-être un roman, peut-être une dissertation... Pour écrire une dissertation on n'a besoin de conseils, d'ailleurs. Parce qu'il y a une méthode, un certain nombre de choses que l'on doit mettre dans l'introduction ; comme pour le commentaire de texte, il y a un ordre dans l'argumentation : d'abord l'argument, puis la citation du texte, puis l'explication. Mais pour écrire de la fiction, pour créer, on n'a pas besoin de conseils : c'est de l'art. On a besoin de confiance.

Des articles de conseils on en trouve des millions (en tapant dans Google "conseils d'écriture" je suis tombée sur quinze millions quatre-cent-mille résultats !) et pourtant Mathilde ne s'est toujours pas lancée. Parce qu'on n'a pas besoin de conseils, on a besoin de confiance ! Quand je me suis lancée je n'ai pas lu les conseils de Stephen King (et pourtant ils sont plein de bon sens et je me rends compte qu'il y en a une bonne partie que j'applique !) : je me suis lancée, c'est tout.

Bien souvent les articles de conseils sont tous les mêmes, mais on n'a pas tous la même façon de travailler (c'est ce que je disais il y a deux ans, et je le pense encore). Et ça va peut-être vous décevoir mais je n'ai pas de conseils pour avoir confiance en soi. Parce que ça ne se provoque pas en un claquement de doigt, la confiance en soi. C'est tout un processus et un état d'esprit. Mais, pour commencer, il faut se lancer et se rendre compte que ce que l'on écrit n'est pas si mauvais. Bien sûr il y a plein de pistes d'amélioration (je peux même vous donner les miennes si vous voulez, comme ça on se rendra tous compte qu'après dix ans je ne suis toujours pas satisfaite : sur certains passages j'utilise trop "être", "avoir", et "faire" et ça m'agace ; j'ai encore du mal à ne pas utiliser trop d'adverbes (et pourtant, comme dit Stephen King, si une scène est bien préparée et décrite on n'en a pas besoin !)) ; il y en a toujours, mais le premier pas vers la confiance c'est de ne pas se comparer aux autres et de se rendre compte que ce que l'on écrit n'est pas si mal.

Mathilde, tu n'as pas besoin de conseils, tu as besoin de te mettre un grand coup de pied dans le derrière, de t'enfermer dans une pièce sans ton téléphone, de couper internet, et d'écrire les premières lignes, nom d'un p'tit bonhomme en mousse !

Qu'en pensez-vous ? Besoin de conseils ou besoin de confiance ?

Source photo – Jeanne Menjoulet

2 commentaires:

  1. Totalement d'accord avec toi. Je pense que quand on veut écrire, ce n'est pas vers l'extérieur qu'il faut se tourner. Il faut plutôt se mettre à l'écoute de sa voix intérieure et se faire confiance. Après seulement vient le moment d'oser se donner à lire et ça, c'est vraiment une grande étape. Les retours permettent de s'améliorer au fil du temps. J'ai hâte de lire tes articles sur ce sujet :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je dirais quand même qu'entre le moment "se lancer" et le moment "se donner à lire" on peut passer par la phase "se faire conseiller". Sur les forums par exemple, il y a des personnes qui demandent des conseils sur des scènes précises (par exemple s'infiltrer dans un château, ou une scène de combat de magiciens, etc.). Mais c'est vrai qu'il y a aussi beaucoup de personnes qui interrogent les normes (nombre de chapitres, nombre de pages par chapitre, nombre de personnages dans le roman, bla bla bla, et ça, on s'en tamponne sévère).

      Je suis ravie que le thème te plaise (ça me met pas du tout la pression du coup xD) :)

      Supprimer