jeudi 29 juin 2017

La non-mixité, nécessaire mais pas miraculeuse

La mixité est comme la peinture, elle s'imprègne sur nous et fait de nous ce que nous sommes. – Scheurer Kestner
Bonjour !

Je débarque longtemps après la bataille mais je débarque quand même ! Aujourd'hui j'ai envie de parler de non-mixité parce qu'il y a beaucoup de choses à dire et que c'est maintenant que j'ai envie de les dire. On en a entendu parler récemment à cause (je dis "à cause" et pas "grâce" parce que la polémique qui s'en est suivie n'a pas franchement, je pense, porté favorablement l'outil que peut être la non-mixité) du festival Nyansapo dont la plupart des conférences-débats est prévue pour être non-mixte et même des associations luttant contre le racisme comme la Licra se sont plaintes parce qu'ainsi des gens racisés "ne trouvent pas d'autre issue que l'entre-soi" (argument que je trouve assez pertinent). Ceci dit je ne suis pas contre la non-mixité, je pense que ça peut être extrêmement bénéfique, mais seulement si on maintient un équilibre et que l'on évite de frustrer et braquer les uns et les autres.

Il y a quelques jours je commentais l'article de Lison du blog Plumaline sur la non-mixité et elle me disait qu'elle avait rencontré l'ancienne directrice du Planning Familial de Gironde qui lui avait rapporté qu'à l'occasion d'une conférence mixte sur la place des femmes dans la société on avait donné la parole aux hommes en premier alors qu'ils étaient minoritaires ; ou comment reproduire les dominations de genre lors d'un événement qui s'en veut le dénonciateur : c'est assez succulent, comme anecdote. Et c'est là où je veux en venir : je ne suis ni pour le tout non-mixité ni pour le tout mixité : je suis à la recherche d'un équilibre qui doit éviter les frustrations. Rien de plus frustrant, pour une femme qui vient ici parler de sa place dans la société que de se voir chiper la parole par un homme qui n'est pas directement (et j'insiste sur le mot "directement") concerné. D'où la tentation de la non-mixité qui, elle aussi, pourtant, peut être frustrante. Elle peut être frustrante pour les gens rejetés de ces débats alors que pourtant ils ne discriminent pas et ont au contraire des choses à dire pour apporter au moulin de la lutte contre les discriminations.

J'entends déjà les exclamations ironiques sur le ton de "ah mais c'est vrai ! il faut les empêcher d'être frustrés les pauvres hommes blancs qui dominent le monde ! et puis quoi, encore ?!". Ce qu'il y a c'est que... je ne dis pas qu'il ne faut pas froisser les racistes, je dis qu'il ne faut pas se mettre à dos une bonne fois pour toutes les personnes de bonne foi. Pour deux raisons. Premièrement, comme je le disais dans mon article "Et les hommes alors ?" si tous les hommes ne sont pas féministes, tous ne sont pas non plus anti-féministes et se comporter avec agressivité peut nous les faire perdre à tout jamais et cela concerne la lutte contre toutes les discriminations. Deuxièmement, Lison avait demandé dans son article s'il ne valait pas mieux que les gens se rassemblent pour créer une synergie et faire évoluer leur place dans la société et je lui avait répondu que la société était multiple et que les Noirs seuls, les homosexuels seuls, etc. ne pourraient sans doute rien faire. De ce fait un système tout non-mixité est voué à l'échec parce qu'il confisque la parole aux gens non-discriminés mais de bonne foi, mais il confisque aussi l'écoute, et il crée une ségrégation dans le combat.

Dans mon article "Et les hommes alors ?" j'avais dit que le concept de genre liait ensemble les notions de féminité et de masculinité, que c'était parce que les hommes étaient vus comme grands et forts que les femmes étaient vues comme des pleurnicheuses, en gros. Eh bien c'est exactement le même principe pour les notions d'homosexualité et d'hétérosexualité (je vous invite à lire Sociologie de l'homosexualité de Sébastien Chauvin). Par exemple, au début du XXème siècle, il y a ce que l'on pourrait appeler un tournant paradigmique et l'hétérosexualité, mal vue (elle n'avait d'ailleurs pas la définition d'aujourd'hui, en effet un dictionnaire médical datant de 1901 la décrit comme un « appétit sexuel morbide pour le sexe opposé »), perd sa dimension pathologique et devient recommandée pour améliorer la natalité (un peu comme la masturbation féminine dans les années 1500) et donc, en même temps, "l'apologie de la pureté" devient suspectée d'alimenter la méfiance pour le sexe opposé et donc de favoriser l'homosexualité. Tout ça pour dire que c'est le même principe qu'avec le genre. Et donc ma conclusion est la même : si le féminisme a besoin des hommes, la lutte contre l'homophobie a besoin des hétérosexuels (au passage l'homophobie est liée aussi au genre et à la peur de l'inversion des sexes).

La société entière est mixte. Dire que seuls les Noirs peuvent parler du racisme et lutter contre c'est dire que seules les femmes peuvent être féministes, que seuls les homosexuels peuvent se battre pour leurs droits, etc. et ça me pose un problème parce que d'une part cette manière de faire est vouée à l'échec et que d'autre part ça crée une ségrégation et pas un dialogue et on tombe dans ce que dénonce la Licra. Des fois j'entends "mais ça te concerne pas, qu'est-ce que ça peut te faire" (au sujet de l'homophobie, du racisme, ou toute autre discrimination). Ben ça me fait que les discriminations, même si je n'en suis pas victime étant Blanche et hétéro, ça me tue. Et puis d'abord si, ça me concerne, parce que cette société est aussi la mienne et que j'ai le droit à une voix au chapitre sur la direction que je veux lui donner. Et c'est pour ça que, je suis aussi pour la mixité : elle est représentative de notre société.

Je ne nie pas que la non-mixité puisse être utile, bien au contraire et on peut tous en faire l'expérience dans notre vie de tous les jours : c'est plus facile de parler de choses personnelles voire intimes avec des personnes dont on se sent proches du point de vue de l'expérience, du vécu, etc. Par exemple il y a quelques jours Juliette de Bicyclette à encre a écrit un article dans lequel je me suis pas mal reconnue et je lui ai écrit un long mail où... j'ai beaucoup de parlé de moi. Le mécanisme est exactement le même avec la non-mixité : parler entre soi sans risquer de se sentir intimidé par les personnes qui font partie des "oppresseurs" (d'ailleurs je m'interroge sur ce mot mais ce n'est pas le sujet), parler avec des gens qui vont nous comprendre profondément, et parler de choses dont on a jamais osé, peut-être, parler à d'autres. Mais, une fois que la parole a été libérée, on en fait quoi ? On en fait le symbole de notre cause et on confisque la parole aux autres ? Vraiment ?

Je crois que le problème de la mixité dans les débats c'est que bien souvent on risque de reproduire les mécanismes de domination, en donnant par exemple la parole en premier aux hommes dans un débat qui concerne directement les femmes. C'est ça, le plus gros problème de la mixité. Si l'on trouve une solution à cela (je vais y venir) il n'y a plus de raison de rejeter la mixité (ce qui ne veut pas dire arrêter tout débat non-mixte). La mixité dans les débats est importante parce que premièrement elle permet aux gens discriminés d'expliquer leur point de vue à ceux qui discriminent (que ce soit volontairement ou non, m'enfin si les hommes viennent dans un débat sur la place des femmes dans la société c'est qu'a priori ils ne sont pas plus misogyne que ça et ne sont pas là pour faire leurs macho mais pour entendre) autrement que par des manifestations, des slogans, ce qui peut paraître agressif, mais par la parole ; deuxièmement à ceux qui font partie des "oppresseurs" d'écouter, d'entendre, de comprendre et de prendre conscience. Parce que l'on a beau repérer ce qui relève du racisme, si l'on n'est pas de l'autre côté de la barrière et que l'on ne vit pas la fatigue que peut être de vivre plusieurs fois en une seule semaine des discriminations quotidiennes eh bien on ne peut pas comprendre par nous-mêmes : il faut quelqu'un pour nous expliquer, nous permettre de jouer sur le registre de l'émotion et plus seulement celui de la justice (légale ou morale) et donc permettre un meilleur dialogue avec les personnes que l'on cherche à convaincre, notamment.

En fait, je pense qu'il faudrait un système totalement hybride constitué de débats non-mixtes pour libérer les paroles et immédiatement suivis de débats mixtes sur les mêmes sujets (une fois que les paroles ont été libérées c'est plus facile de parler devant et à des personnes qui n'ont pas vécu les mêmes expériences). Mais, à l'intérieur des débats mixtes, et pour éviter les frustrations des uns et des autres, il faut instaurer l'égalité. Parce que l'on voit le problème de donner d'abord la parole à un homme dans un débat qui parle des femmes, mais il y en a aussi un à jouer la discrimination positive en donnant d'office la parole en premier à une femme. Le premier dispositif que l'on pourrait mettre en place pour instaurer l'égalité est le cercle.

Comme le dit Abyale Nan Nguema dans son livre, il n'y a rien qui instaure mieux l'égalité que le cercle. En cercle tout le monde voit tout le monde et tout le monde est vu de tout le monde. Tout le monde est à la même distance, personne au centre, personne sur une estrade... c'est l'égalité. L'un des problèmes pourrait être que dans le cercle les femmes se mettent toutes ensembles et les hommes tous ensembles, si c'est le cas il faudra replacer les gens pour que ce soit bien mélangé. Ensuite vient la question de la prise de parole. Le meilleur moyen d'instaurer l'égalité est le sort. À moins d'être particulièrement poissard tout le monde est égal devant le sort. On tire donc au sort le sexe de la personne qui parle en premier (parce que s'il y a plus de femmes que d'hommes ou de Noirs que de Blancs il y a un côté un peu hypocrite à tirer directement par le nom ou le numéro) ensuite, si ça tombe sur "femme", par exemple, on tire au sort parmi les femmes celle qui parlera en premier, et on tire aussi au sort le sens de la prise de parole (aiguilles d'une montre ou inverse). Ensuite chacun parle, sans s'interrompre, sur un ou deux tours en fonction du nombre de participants, et ensuite on entre dans un vrai débat. Ce n'est que la théorie, ça manque de pratique tout ça, mais je pense que c'est la meilleure solution pour que les débats mixtes ne créent de frustration dans aucune partie parce que de cette manière on court-circuite le risque de reproduire les dominations.

Tout ça pour un débat sain, qui n'apparaisse pas comme de l'agressivité ou de la hargne. Parce qu'au final les femmes ne veulent pas détruire les hommes, les Noirs ne veulent pas se venger des Blancs, et les homosexuels ne veulent pas remplacer les hétérosexuels. Ils veulent juste une meilleure place, sans prendre la place des autres. Mais si l'on n'est pas capables de discuter sainement, posément, et que l'on exclue systématiquement par la non-mixité il y a clairement un problème de méthode et de fond. Il y a eu des accusations de racisme anti-blancs. Je n'utiliserais pas ce terme parce qu'il est connoté, mais en revanche oui, de fait, la non-mixité, instaurant un système de discrimination positive, discrimine en creux les autres. À partir de là, si la non-mixité est l'unique système mis en place, elle pose problème.

Qu'en pensez-vous ?

P.-S. : Il y a deux choses que je ne veux pas entendre : l'ironique "ah mais oui, évitons aux pauvres hommes blancs d'être frustrés !" et le "mais façon t'es Blanche et hétéro donc t'y connais rien".

Source photo – Scheurer Kestner

Rendez-vous sur Hellocoton !

Aucun commentaire

Enregistrer un commentaire

Un petit mot ? :)