lundi 24 avril 2017

Animosité

Bonjour !

A dire vrai je ne pensais pas écrire ce genre d'article... mais j'ai vraiment besoin de comprendre quelque chose alors je vais l'écrire. Il se trouve qu'avec les résultats d'hier ont été charriés tout un tas de sentiments négatifs de la part des gens qui n'avaient voté pour ni l'un ni l'autre des deux candidats qu'il nous reste. Si j'arrive à comprendre la déception, j'ai vraiment du mal avec l'animosité, l'agressivité, et ceux qui donnent des leçons en pensant avoir mille fois plus raison que les autres... Je ne sais pas si c'est moi qui m'entoure mal, mais parmi les gens de gauche (pas centre-gauche, une gauche franche) que je connais tous sont agressifs à divers degrés, remplis d'animosité envers les gens qui sont plus à droite qu'eux (et j'ai remarqué ça bien avant l'élection).

Je ne comprends pas. Je veux dire... je comprends que l'on ait pas tous les mêmes idées, que l'on ne croit pas tous en les mêmes solutions pour régler nos problèmes, que, avec nos expériences diverses, nos croyances profondes en ce que doit être l'égalité, le mérite, le travail, etc., on ne se retrouve pas tous dans la même ligne politique. Ce que je ne comprends pas c'est cette agressivité des personnes à l'égard de ceux qui sont plus à droite qu'elles... Une camarade de lycée, estampillée NPA, qui montait au créneau avec emportement à chaque fois que quelqu'un n'était pas d'accord avec elle, tentant par tous les moyens de convaincre l'autre (alors que je ne pense pas que ça soit le but d'un débat) ; une camarade de collège que j'ai fini par supprimer de ma liste d'"amis" Facebook parce que chacun de ses messages, bien que contre le racisme et pour la tolérance, était haineux, violent, agressif et que, quand je lui en faisais la remarque, elle s'énervait encore plus ; ceux qui laissent des messages sur Facebook d'où suintent une certaine hostilité à base de "le courant s'est éteint au pays des Lumières" et de "vive le pays des débiles" juste parce que tout le monde n'a pas voté comme eux ; ceux qui disent que Macron et Le Pen c'est pareil et qu'à quoi bon avoir Macron si c'est pour avoir Le Pen dans cinq ans (euh... gagner cinq ans ?) avec, de la même manière, une certaine hargne que l'on sent poindre... Je ne comprends pas.

Je ne comprends pas d'où ça vient, le pourquoi et le pour quoi, l'objectif, la cause, la raison... Je ne comprends pas. Je veux dire... comme je le disais à une blogueuse hier qui pensait que je cherchais à la convaincre, je crois que l'on ne peut pas convaincre les gens sur ce genre de sujets parce que, plus peut-être qu'avec tous les autres genres de sujets, on se fait un avis moins avec les mots qu'avec les expériences, les vécus, et les convictions profondes qui sont elles-mêmes basées sur l'expérience et le vécu et que, de ce fait, seule l'expérience peut modeler l'avis et le faire évoluer ou changer. Alors je ne comprends pas cette animosité. Je ne comprends pas qu'on me traite de débile parce que j'ai voté Macron et qu'on me donne des leçons en me disant que je vais pleurer dans cinq ans. Je ne comprends pas. La colère n'a jamais été un argument (Daniel Webster) et, c'est tout bête, mais j'ai beau être bienveillante je reste humaine et je n'ai pas envie d'écouter quelqu'un qui m'agresse. Je ne comprends pas... Pourtant je suis capable de comprendre et de concevoir et de conceptualiser beaucoup de choses, y compris le vote FN, mais cette agressivité, cette hargne, je ne la comprends pas et les quelques idées d'explications qui me viennent ne me satisfont pas.

Je me dis que peut-être que si ces gens qui prônent la tolérance sont incapables de tolérer que quelqu'un vote différemment c'est parce qu'ils ont l'impression qu'avec une autre personne que celle qu'ils ont choisie leur vie va s'empirer, s'écrouler ? J'ai l'impression que, dès que l'on est plus à droite qu'eux, ne serait-ce que de centre-droit, ils nous regardent comme des racistes esclavagistes prêts à écraser les autres pour devenir la personne la plus riche du monde. Alors je me dis que c'est peut-être ça la cause de l'animosité : ils sont contre les racistes et ces gens qui votent plus à droite qu'eux leur paraissent racistes ? Je ne sais pas, ça ne me paraît pas être ça, ça ne me paraît pas satisfaisant ; je ne comprends pas. Je n'ai même pas la capacité de m'agacer de leur hargne : je ne peux pas m'agacer de quelque chose que je ne comprends pas, dont je ne sais pas par quel bout le prendre, comment l'aborder. Mais ça m'embête. Ça m'embête parce que, au final, on veut tous la même chose, on veut tous un pays meilleur même si on ne pense pas aux mêmes solutions pour y parvenir et je ne comprends pas qu'au lieu de discuter ces gens soient juste prêts à nous lyncher et qu'au lieu d'essayer de comprendre un autre point de vue ils ne cherchent qu'à nous convaincre et à nous persuader. Mais comment convaincre quelqu'un si l'on ne comprend pas ce qu'il pense et pourquoi il le pense ? On ne peut pas.

C'est pour ça que j'ai souvent du mal avec les personnes très à gauche. Je trouve leurs idéaux et leurs valeurs tout à fait honorables, mais j'éprouve des difficultés avec leur comportement agressif (à différents degrés), leurs réflexions moqueuses et désagréables, presque condescendantes parfois.

Je ne suis pas agacée, je suis peinée et je ne comprends pas (ça on avait compris xD). Je ne comprends pas que l'on ne puisse pas discuter de manière posée et calme, réfléchie et apaisée, avec de la bienveillance et sans jugement, sans colère, sans hargne, sans animosité, sans agressivité. Je ne suis pas agacée, je suis désemparée, désorientée, je ne sais pas quoi penser de cette animosité, comment la prendre, comment la recevoir, et quoi en faire. Je n'en comprends pas les causes, je suis donc incapable d'y répondre (y compris par de la colère ou de l'irritation).

Alors, si vous faites partie des gens (de gauche ou pas, d'ailleurs) qui ont tendance à s'emporter et à devenir agressif quand on ne vote pas comme eux j'aimerais beaucoup que vous m'expliquiez (sans vous énerver) le pourquoi du comment de votre réaction parce que, véritablement, je suis perdue.

Qu'en pensez-vous ? Connaissez-vous des gens agressifs quand on aborde la politique ?

Source photo – Jean-Baptiste Rollin

Rendez-vous sur Hellocoton !

11 commentaires:

  1. L'animosité ambiante se réclame d'une nouvelle forme de communication qui est née avec les réseaux sociaux, j'ai l'impression. Je n'aime pas non plus l'animosité, mais je sais que je suis profondément deçue par les tournures que ça prend. Je ne comprends pas que les français expriment un besoin de changement, mais restent au final avec les mêmes personnes au pouvoir. Les gens s'énervent qu'en d'autres stagnent à ne pas oser le changement. Mégalomanie ne rime pas avec démocratie...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne sais pas si c'est né avec les réseaux sociaux, mais en tout cas ils l'ont sans doute exacerbée ou ont participé à le faire.
      Tu vises quelqu'un en particulier quand tu parles de mégalomanie ?
      Je crois que les gens, moi y compris, je l'ai notamment reconnu dans mon article d'hier, se laissent avoir par la communication... J'ai vaguement hésité avec Mélenchon à vrai dire, et je pense que si le candidat PS avait été Montebourg j'aurais pu voter pour lui, mais au final j'ai quand même un problème avec le fait d'être payé plus pour travailler moins... Mais je ne vais pas insulter tous les électeurs de Mélenchons de feignasses, je ne le pense même pas... J'ai profondément intégré qu'on avait tous des manières différentes de voir les choses, mais malheureusement ça ne semble pas être le cas de tout le monde...

      Supprimer
    2. Je vise plus ou moins oui! J'ai voté Mélenchon, plus pour la volonté de changement de cap que le personnage en lui-même en fait. Je suis plus horripilée par le fait que les français choisissent de garder ce qui est en train d'enfoncer le pays. Après, je ne crache sur personne également, chacun ses opinions, on est en démocratie (il paraît!) :)

      Supprimer
    3. Du coup, comme je disais, je pense que beaucoup de personnes suivent la com' (moi y compris). J'avais hésité avec Mélenchon mais... bref. Je comprends ce que tu veux dire et ton sentiment en tout cas !

      Supprimer
  2. J'ai hésité jusqu'au bout entre JLM et EM, j'ai voté EM au final. La réaction de certains gauchistes m'a extrêmement déçue. Si j'ai hésité avec JLM, c'est car je rejoins beaucoup de ces valeurs : l'écologie, la volonté d'une nouvelle république, la tolérance. Alors voir autant de haine et d'animosité dans les commentaires je n'ai vraiment pas compris...

    Je pense que comme pour le FN, beaucoup de gens qui ont voté JLM était surtout anti-système, mais quand je vois que pour beaucoup Macron/Le Pen même combats et qu'ils n'iront pas voter j'ai dû mal à me contenir.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est ça, tu l'as dit, ils prônent la tolérance mais paraissent incapables d'accepter que l'on ne vote pas comme eux... Peut-être sont-ils énervés que certains gens de gauche disent que voter pour Macron était évident pour eux, qu'ils vivent ça comme une trahison et s'énervent... je sais pas... Peut-être qu'ils se pensent comme les électeurs audits, qui ont raison mais que personne ne veut écouter... Je sais pas, je comprends pas, et je n'ai reçu aucun commentaire de ces personnes pour m'expliquer donc je ne suis pas plus avancée !

      Oui, un sociologue je crois disait ça ce midi sur France Info, que le vote FN et le vote Mélenchon était beaucoup un vote de révolte. Et comme toi j'ai du mal avec le ni-ni. En un sens je comprends, Poutou résume assez bien quand il dit qu'il ne choisira ni la xénophobie ni le libéralisme : ça leur pose un vrai cas de conscience et ils ne parviennent pas à transcender en se disant "oui mais Marine c'est autre chose que juste de la xénophobie". J'ai même lu quelques commentaires sous un post (grossière erreur : ne le fais jamais xD) et la personne disait qu'elle allait même voter FN parce qu'elle préférait une raciste qu'un banquier parce qu'au moins le racisme ça se combat (pense-t-elle). Sauf que Le Pen c'est pas juste du racisme, ça serait tellement simple...

      Supprimer
    2. Poutou qui dit ça c'est logique, il est anti-capitaliste, mais quand tu votes Mélanchon et que tu cris car Macron est passée non. Ils n'ont pas lu les deux programmes, Macron et Mélanchon ne sont pas si opposés, Macron a beau avoir été banquier son programme est tout sauf ultra-libéralisme.

      D'ailleurs, ça me parait très logique qu'il ne l'ait pas, il a travaillé justement, il a été banquier. Donc il sait le mal que provoqué par l'ultra-libéralisme, il sait que les banquiers aident aussi beaucoup l'économie et les entrepreneurs, banquiers ne veut pas dire tradder à Wall Street. Beaucoup de personnes semblent l'oublier...

      Supprimer
    3. Les électeurs que je connais de Mélenchon sont des anti-capitalistes, donc en ce sens ils sont aussi logiques (même s'ils n'ont pas vu d'éventuels rapprochements avec Macron).

      Tout à fait ! Normalement un banquier doit faire fructifier de l'argent, donc il sait le gérer... Je ne pense pas qu'il soit la bête noire pour laquelle tout le monde essaye de le faire passer... mais les Mélenchonistes sont ultra-remontés... tous les gens de gauche que je connais ne vont pas voter... ça fait un peu flipper... on dirait qu'ils se sont fait laver le cerveau...

      Supprimer
  3. Coucou.
    Je partage ton point de vue sur l'agressivité (partagée à droite aussi ;-) )
    J'ai l'impression que:
    1 - nos hommes politiques déteignent sur nous
    2 - les gens sont tellement déçus du système, ils ne voient pas comment le changer et donc s'emporte
    3 - quand on a plus d'arguments viennent les insultes, puis les coups

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je crois que certaines personnes ont quelques idées sur comment changer le système (écouter Jean-Luc Mélenchon) mais ont l'impression de ne pas être entendus. Par exemple, mon ex camarade de lycée dont je parlais, appelle au vote blanc et conclue son message par "le changement viendra d'en bas !". Je crois... Je crois qu'au fond le discours "eux et nous" (eux les riches capitalistes et nous le vrai peuple) a assez bien fonctionné pour qu'ils se pensent les déniaisés du XXIème siècle. En témoigne les références au pays des Lumières qui n'aurait plus de courant (excepté pour leur ampoule à eux qui reste bien allumée, éclairant la nuit comme un phare). Alors peut-être que de ce point de vue la colère qui jaillit est la colère des désarmés, des impotents, de ceux qui ne peuvent plus rien faire et se sentent impuissants...

      Supprimer
  4. Je comprends ton point de vue, et tout le monde a le droit d'exprimer ses opinions. Ce qui me révolte le plus, ce sont les casseurs, qui s'octroient le droit de brûler des voitures pour exprimer leur mécontentement, pae exemple ! Ondine

    RépondreSupprimer

Un petit mot ? :)