dimanche 27 décembre 2015

Nouvelle – Le feu par le feu

Bonjour !

Sur le site Épopées Fictives il y a un sujet qui m'avait bien plu, c'est "Les héros ne meurent jamais". Donc j'ai pondu un texte mais le problème c'est que les caractères était limités à 35 000 mais j'en ai fait plusieurs centaines de plus et comme il n'est pas marqué qu'une marge est permise ben... voilà. Du coup je le mets ici, comme le précédent. Normalement il n'y a pas trop de fautes ni coquilles puisque j'ai relu, mais si vous en trouvez n'hésitez pas à me le signaler !

Je l'ai fini aujourd'hui, j'ai mis trois heures à pondre un peu plus de trois pages (en taille 11 et pas en 18 comme je vous l'ai affiché) (heureusement ! xD), plus une heure de relecture... c'est fou mais je ne m'étais jamais rendue compte qu'écrire était aussi chronophage. Je pensais que j'aurais le temps de lire un livre pour réviser mes partiels avant le début de ma série mais non... Du coup je me demande combien de temps j'ai passé pour pondre les quatre-vingt pages de mon roman... je crois que je préfère ne pas savoir xD

Je ne suis pas certaine que le dernier paragraphe soit nécessaire, en fait il est même complètement superflu, mais je voulais vraiment décrire comment serait le personnage, c'est pour ça que je ne l'ai pas mis exactement à la suite et que j'ai sauté une ligne, histoire de le séparer un peu de la "vraie fin". Peut-être que je ferais une suite sous forme de roman ; l'autre jour je me suis dit que ce serait rigolo de faire une histoire en suivant le méchant ! Mais avant ça j'ai deux romans qui attendent, dont un que j'arrive vraiment pas à commencer, donc ça va attendre un petit peu ^^'

Enfin bref, je vous laisse lire ! Que vous aimiez ou pas j'aimerais bien que vous me disiez ce que vous en pensez ! :D



Rendez-vous sur Hellocoton !

vendredi 18 décembre 2015

Les réseaux sociaux mangent les enfants

Bonjour !

Hier j'ai appris que l'UE voulait instaurer un contrôle parental sur les réseaux sociaux pour les ados de treize à dix-sept ans et ça m'embête beaucoup. Je trouve que l'UE pense de travers. Vraiment. Vouloir protéger nos jeunes c'est très bien mais je ne suis pas pour tout interdire. Je me souviens que j'avais dit ça une fois en intervenant dans l'émission de Jean-Marc Morandini. Il m'avait répondu que ça permettait de contrôler. Je n'avais pas trouvé quoi répondre mais son argument ne me plaisait pas. Maintenant je sais ce qui ne va pas dans cet argument. Ça tient en quatre mots que l'on pourrait je crois appeler axiome : pas vu pas pris.

Conduire avec de l'alcool ou de la drogue dans le sang est interdit. On contrôle. Des gens sont punis, d'autres pas trouvés. Conduire avec le téléphone est interdit. On contrôle. Des gens téléphonent sans être inquiétés. Pire ! Des gens se font prendre et recommencent le lendemain. Pas vu pas pris. On a interdit, certes, mais est-ce que ça change les mentalités et les agissements ? Non. Si les gens récidivent, à quoi ça sert d'interdire ? Pas grand-chose.

Je me demande comment ils veulent mettre en place un contrôle parental. Si c'est juste une case à cocher, comme ces cases avant d'entrer sur un site interdit aux moins de dix-huit ans, ça ne va pas être très utile. Alors à moins d'équiper tous les ordinateurs d'une webcam et d'un logiciel de reconnaissance faciale je ne vois pas trop comment on va faire. Mais admettons. On le fait, on trouve une solution. Et après ? Parce que c'est interdit de faire sans les parents les ados vont respecter ça ? Certains oui, bien sûr, mais d'autres... laissez-moi rire ! Changer une date de naissance ce n'est pas bien dur. On trouve toujours un moyen de contourner le problème pour la raison très simple que s'il n'y a pas de solution c'est qu'il n'y a pas de problème.

Et puis je ne vois pas en quoi on va protéger nos enfants comme ça. Si effectivement on met un contrôle parental sur les réseaux sociaux généraux, dans le cas d'un blanc dans la loi quelqu'un pourrait décider de créer un réseau social, sans l'appeler comme ça, réservé aux ados, donc sans risque, donc sans nécessité que les parents soient derrière (vivent les vides juridiques). Mais qui pourra garantir que tous les inscrits sur ce réseau social réservé aux ados seront bien des ados ?

Quand j'ai entendu parler de cette décision de l'UE j'ai repensé à La Princesse de Clèves dont j'avais étudié un extrait en Première. Et comme je suis une jeune femme dévouée (héhé :P) je suis allée chercher les phrases qui m'avaient beaucoup marquée cette année-là : "La plupart des mères s'imaginent qu'il suffit de ne parler jamais de galanterie devant les jeunes personnes pour les en éloigner. Madame de Chartres avait une opinion opposée ; elle faisait souvent à sa fille des peintures de l'amour ; elle lui montrait ce qu'il a d'agréable pour la persuader plus aisément sur ce qu'elle lui en apprenait de dangereux ; elle lui contait le peu de sincérité des hommes, leurs tromperies et leur infidélité, les malheurs domestiques où plongent les engagements ; et elle lui faisait voir, d'un autre côté, quelle tranquillité suivait la vie d'une honnête femme, et combien la vertu donnait d'éclat et d'élévation à une personne qui avait de la beauté et de la naissance.". Je pense que vous voyez déjà où je veux en venir mais je continue. Ce matin j'y repensais et c'est un autre texte auquel j'ai songé : le conte de Barbe Bleue. Barbe Bleue se marie, après la nuit de noce il laisse un trousseau de clé à sa nouvelle épouse et lui dit qu'elle peut aller partout dans la maison sauf dans une seule pièce dont il lui confie pourtant la clé. Poussée par la tentation et la curiosité la jeune femme ne résiste pas longtemps et ouvre la porte de la pièce où son cher et tendre époux a tué ses épouses précédentes. Et là je pense que vous voyez totalement où j'ai l'intention d'arriver : pourquoi interdire et cacher, surveiller, éveiller la curiosité et la tentation, quand on peut éduquer, apprendre, laisser l'ado se faire son idée en le prévenant des dangers ?

Certes, les réseaux sociaux sont pleins de dangers et de choses malsaines et j'en ai eu le récit d'un exemple aujourd'hui même. Je discutais avec la camarade qui va participer à l'émission radio que j'ai en projet et elle me disait qu'elle avait travaillé comme surveillante de collège. L'une des élèves était "amie" sur Facebook avec un garçon qu'elle ne connaissait pas et qui n'avait que des "amis" filles. Ma presque-collègue lui a demandé si elle ne trouvait pas ça bizarre mais la collégienne lui a dit que non, qu'il avait son âge (à savoir treize-quatorze ans). Sauf que. Le garçon en question en avait dix-sept, et c'est quand même un peu bizarre qu'il baisse son âge de trois ans s'il n'est pas déjà dans une logique de prédateur. Ajoutez à ça les personnes jeunes hommes sur les chats de Skyrock qui envoient aux jeunes filles des photos de phallus en érection sans prévenir ni saluer et vous avez la preuve irréfutable que, oui, il y a des malades, des inconscients, et des dérangés sur les réseaux sociaux. Y compris parmi les jeunes.

Mais les réseaux sociaux se sont aussi de jolies rencontre, de jolies expériences, beaucoup, beaucoup, beaucoup d'ouverture d'esprits, d'échanges, de mise en perspectives et d'apprentissages. Des prises de têtes, des lynchages, des insultes, des mensonges, des pièges, des traquenards, des arnaques de toutes sortes, des tromperies et autres filouteries, mais ce sont aussi des amitiés, des découvertes, des expériences qui forgent le caractère et développent la pensée, un petit univers où on peut trouver des gens qui ont les mêmes problèmes que nous, les mêmes questions, peurs, et préoccupations. Du soutien quasiment inconditionnel.

Je crois que les jeunes ont besoin de se faire leurs propres expériences, de prendre en autonomie et en indépendance. Ça ne signifie pas qu'il ne faut pas les protéger, mais ça ne signifie pas non plus qu'il faut leur tenir la main en traversant la rue parce qu'une voiture pourrait débouler sans prévenir ou qu'il faut les empêcher de cuisiner parce qu'un couteau c'est dangereux. Quand on prend un couteau on connait les risques parce qu'on nous les a appris, mais on nous a aussi appris à nous en servir, à le tenir correctement, à faire attention à ses doigts. On nous a appris qu'un couteau ça coupe, qu'un couteau ça tue. Mais aussi qu'un couteau ça permet de nous nourrir en nous permettant de nous faire à manger. Alors oui, internet c'est dangereux, oui, les réseaux sociaux mangent les ados, dévorent les enfants, mais ça ne veut pas dire qu'il n'y a pas de bon à en tirer, et ça ne veut pas dire qu'il faut rester à côté des jeunes apprentis cuisiniers quand ils tiennent un couteau, au cas où ils se coupent. On peut laisser la porte de la cuisine ouverte et rester dans le salon, voire même la fermer, cette porte. Et ça ne voudra pas dire que l'on n'est pas là pour surveiller, que l'on n'est pas inquiets, que l'on ne fait pas attention. Lorsqu'il y a des faits divers et que je lis ou entend "mais où sont les parents" ça me fait doucement rire, parce que les ados trouvent les solutions à leurs problèmes, sinon c'est qu'il n'y a pas de problème.

Et si, plutôt qu'interdire, la solution était d'éduquer ? Pour que le couteau ne soit plus une arme contre l'ado mais une arme dont l'ado peut se servir pour repousser les méchants pédophiles et les méchants arnaqueurs. Interdire ce n'est pas intéressant si les mentalités ne sont pas changées, travaillées...

Les réseaux sociaux mangent les enfants et l'UE pense à l'envers...

Qu'en pensez-vous ? Parce que si ça se trouve, de votre point de vue, c'est moi qui suis toute retournée !

Source photo

Rendez-vous sur Hellocoton !

dimanche 6 décembre 2015

Le sexisme des femmes

Bonjour !

Je viens de lire le dernier article de Charlie et je suis... blasée. Je crois qu'il faudrait que j'envoie mes cours d'Histoire contemporaine sur l'Histoire du genre à toutes les femmes de France pour les réveiller un peu. Sinon il y a le livre de Yannick Ripa* aussi... Charlie cite deux articles de magazines féminins à propos d'Adèle et c'est absolument aberrant. Outre le fait qu'il y ait des rappels constants au fait qu'elle soit ronde (comme "mains potelées"), ce que je trouve de très mauvais goût, on s'interroge parce qu'elle ne veut pas se marier, on s'interroge parce qu'elle ne se cache pas de ne pas aimer le caritatif, on s'interroge parce qu'elle en fait soit disant trop quand elle parle de son petit ami, que, peut-être, elle a pris et quittera simplement pour faire un album. Et, le pire de tout, c'est que ces articles sont écrits par des femmes.

Les deux articles que Charlie cite ne sont que des descentes en règles et des diabolisations d'Adèle sous couvert de nous informer sur la situation de son couple (dont, au passage, on se contrefout pas mal). Ce qui transparaît de ces articles c'est une Adèle menteuse, qui en fait trop quand elle parle de son homme, une Adèle manipulatrice qui ne se mettrait en couple que pour pouvoir écrire des albums. Une Adèle _ comble de l'anti-féminin ! _ sans coeur, puisqu'elle préfère boire que lever des fonds pour l'association de son compagnon. On n'a vu en cours que les femmes, depuis au moins le XXème, doivent être du côté du soin et pas de la violence. Les femmes valorisées au front pendant les deux guerres mondiales étaient les infirmières. Donc une femme qui ne se précipite pas pour aider la première association venue c'est louche. Et elle est d'autant moins une femme qu'elle boit et ne souhaite pas se marier.

Sauf que ça coince parce que pendant plusieurs siècles, et jusqu'à il n'y a pas si longtemps, les filles n'étaient éduquées que dans un seul but, un seul objectif, les marier ! La fille devenait jeune femme avec ses règles mais femme par le mariage quand le garçon devenait homme en gagnant des années. D'ailleurs, si le divorce a été créé à la Révolution, Napoléon en avait restreint la possibilité, l'avait rendu plus difficile à obtenir. Puis il a été complètement supprimé, puis de nouveau rétablit dans la deuxième moitié du XIXème. Mais la loi n'a pas vraiment changé les mentalités, au fond. Une fille se doit de souhaiter le mariage. Donc une Adèle, modèle pour beaucoup de jeunes femmes, qui ne souhaite pas se marier, ça la fout mal, quand même. Une raison de plus pour la descendre et sous-entendre de manière plus ou moins dissimulée qu'elle n'est pas normale, qu'elle n'est pas une vraie femme.

Je trouve les deux articles que cite Charlie absolument immondes et indignes. Je ne sais pas si on s'en prend à Adèle parce qu'elle réussit dans sa vie professionnelle sans avoir besoin de se dénuder, ou parce qu'elle réussit avec à côté une vie personnelle un peu chaotique, mais, franchement, c'est indigne. C'est indigne de femmes de s'en prendre à elle comme ça, en véhiculant des clichés sur les femmes qui devraient se marier et faire du caritatif à tous prix. Parce qu'elle ne correspond pas au modèle féminin de la femme mariée bien tranquille qui soutient son compagnon on sous-entend sans trop se cacher que c'est une manipulatrice et une sans-coeur, qu'elle n'est pas une vraie femme. Et on fait des références assez condescendantes et insultantes, je trouve, à son physique. Dirait-on d'un acteur avec quelques kilos en trop qu'il a des "mains potelées" ? Je ne pense pas, en tout cas pas dans un article qui ne serait pas teinté d'une certaine tendresse.

Une femme peut ne pas être féministe, comme un homme peut l'être. Mais utiliser Adèle pour faire passer des messages assez abjectes et l'insulter sous couverture d'information ça dépasse le fait d'être ou non féministe et engagé ou non pour la cause des femmes (et des hommes, puisque quelque part je pense aussi que le féminisme sert à faire en sorte qu'un homme puisse pleurer ou faire de la danse sans qu'on l'insulte). Dans l'Histoire toutes les femmes n'ont pas été féministes et puis, d'ailleurs, il y a eu plusieurs courants de féminismes. Mais lire des trucs comme ça quand c'est écrit par des femmes ça me fait toujours quelque chose. Comme si je lisais un texte écrit par un Noir en faveur de la hiérarchie des races. Ça fait un peu peur.

Alors, pendant que les femmes en Arabie-Saoudite s'apprêtent à voter et d'autres à être élues, deux pseudo-journalistes descendent Adèle parce qu'elle refuse de se marier. Ça laisse imaginer l'étendu du chemin qu'il nous reste à faire pour acquérir l'égalité !

Qu'en pensez-vous ?

*Yannick Ripa, Les femmes, actrices de l'Histoire, Armand Colin (2ème édition), 2010.


Rendez-vous sur Hellocoton !

samedi 5 décembre 2015

Où je répond aux questions qui m'ont été posées

Bonjour !

Bon. Charlie m'a taguée alors du coup je vais répondre, mais je ne dirai pas onze choses sur moi parce que je sais que je vais galérer, que ça ne sera pas intéressant, et que j'ai pas envie, et que je fais ce que je veux, de toute façon je sais pas si vous avez remarqué mais je triche tout le temps dans les tags et autres articles communs et questions pièges. Et je ne poserai pas onze questions parce que je voudrais poser des questions qui n'ont pas déjà été posées, des questions un peu farfelues, et que là tout de suite rien ne me vient alors voilà...

01. Quel(s) regrets as-tu dans la vie ?
J'aurais bien aimé m'intéresser à l'anglais plus tôt et avoir un bon niveau. Et en même temps ce n'est pas vraiment de ma faute : c'est aux profs de nous intéresser à la matière, quelque part. Mais quand même.

02. Qu’est-ce qui te rend heureuse, là, tout de suite, maintenant ?
Mon blog (je n'ai pas de vie) et l'idée que mon colis m'attend à la Fnac et que je vais bientôt aller le chercher (mouha-haha).

03. Une citation qui te définirait bien ?
"Qui ne tente rien n'a rien", "A qui se peut vaincre soi-même il n'est presque rien qui puisse résister" de Louis XIV (oui, je sais, ce sont plus des leitmotivs qu'une définition mais je fais ce que je peux, et de toute façon je vous avez prévenu que je trichais).

04. Une information savante à me faire partager que d’habitude tu ne peux pas placer dans une conversation ?
Alors figure-toi que oui ! Dans le National Geographic du mois dernier (que je suis en train de lire parce que je n'ai toujours pas rattrapé mon retard) ils disent que l'homme de Cro-Magnon ça s'appelle comme ça parce qu'on en a trouvé un dans l'abri de Cro-Magnon qui veut dire l'abri de la famille Magnon. Voilà. Sinon y'a plein d'autres trucs que j'arrive jamais à caser, mais là tout de suite ça ne me vient pas.

05. Un coup de gueule à pousser ?
Oui. Faut arrêter les questions difficiles. Déjà que Céline m'avait fait le même coup, maintenant ça suffit ! Pourquoi vous ne posez jamais des questions simples ? Et encore, heureusement que je ne suis pas tombée sur "quel est ton meilleur souvenir d'enfance" ou quelque chose comme ça... Mais c'est vrai qu'aujourd'hui j'ai moins galéré que je ne l'avais pensé.

06. Ton dessert préféré ?
J'en ai pas, mais j'adore les desserts.

07. As-tu déjà fait des rencontres magnifiques sur la blogosphère ? Virtuelles et réelles !
Oui ! Mots à maux que je suis obligée de citer pour deux raisons : déjà parce qu'elle est chouette et qu'elle me supporte depuis presque un an (elle en peut tellement plus de moi qu'elle compte le temps et que c'est elle qui m'a fait remarquer que ça ferait bientôt un an :P) et surtout parce que comme même sur la blogosphère je suis une asociale eh bien c'est la seule avec laquelle je parle en dehors des articles et des blogs, donc celle que j'ai le plus "rencontré".

08. Ferais-tu de ton blog, ton principal métier si c’était possible ? Pour quelles raisons ?
Certainement pas. Je tiens trop à devenir journaliste pour ça mais surtout ça voudrait dire que mes revenus dépendraient de la fréquence avec laquelle j'écrirais sur le blog, ce qui reviendrait à me forcer à écrire et donc rendrait des articles médiocres pour ne pas dire mauvais. Puis franchement je crois que le modèle de blogs tel qu'on le connait est en train de s'essouffler.

09. Un talent caché à nous révéler ?
Je cherche encore ; il est bien caché ;)

10. Un ou une humoriste préférée ?
Ouh lala. Je dois en citer qu'un ? Vraiment ? Nan, parce que ça ne va pas du tout ! Y'en a trois, au moins, que je ne peux pas départager : Jérémy Ferrari, Jeff Panacloc et Eric Antoine (oui, j'aime l'humour noir et méchant). Mais après j'aime bien Vérino, Willy Rovelli, Claudia Tagbo, Antony Kavanagh, et plein plein d'autres. Il faut dire que je suis plutôt bon public et que je rentre tout de suite là où ils veulent nous emmener, ce qui simplifie les choses.

11. Un instant cocooning à nous faire partager ?
Je sais pas ce que c'est. Rappelez-vous, je ne parle pas anglais (du coup pour être bénévole sur les JO je vais bien me marrer), du coup "cocooning" c'est comme si tu me parlais... en grec ancien. Ou même en grec tout court d'ailleurs.

Voilà !
Je vous retourne la question : vous feriez de votre blog votre métier, vous ?


Rendez-vous sur Hellocoton !

mercredi 2 décembre 2015

Je ne suis pas Française

Bonjour !

J'ai un peu de mal à commencer cet article, à trouver mon angle d'attaque. Je crois que c'est mon titre, il me perturbe et pourtant je l'aime bien, provocateur juste ce qu'il faut pour me plaire. Provocateur parce que la nièce Le Pen a eu la bonne idée de déclarer que l'on n'était pas vraiment Français si on n'avait pas vibré au sacre de Reims. Et à une amie de me dire "et alors ?" comme si la déclaration ne signifiait pas qu'il fallait être monarchiste pour être Français. C'est beau, la naïveté. Bref. La nièce Le Pen elle n'a pas dit que ça. Elle a dit d'autres choses, tout aussi stupides, qui m'ont laissée la bouche grande ouverte en plein milieu de la rue (heureusement il était tôt, il faisait noir, et c'était désert, donc personne n'a vu mon air con et ulcéré, plantée que j'étais sur le bitume).

Elle a dit, la nièce Le Pen, que "si des Français peuvent être de confession musulmane, c'est à la condition seulement de se plier aux mœurs et au mode de vie que l'influence grecque, romaine, et seize siècles de chrétienté ont façonné" et ça parce que nous ne sommes pas une "terre d'islam", comme elle dit. Elle a ajouté que "chez nous, on ne vit pas en djellaba, on ne vit pas en voile intégral et on n'impose pas des mosquées cathédrales au minaret dressé comme une provocation". Voilà-voilà. Que dire de plus ? Ah ! Si ! Je marchais ce matin pour aller à la fac car je devais travailler. Au final je n'ai pas beaucoup avancé mon exposé parce qu'il y avait un débat chez Jean-Marc Morandini sur Europe1 et que ça m'a tellement hérissé le poil que j'ai pris des notes. La dernière fois que j'ai fait ça c'est quand ils parlaient de l'interdiction du voile à l'université.

Le monsieur du FN a dit qu'il fallait réfléchir à interdire les djellabas ou en tout cas à travailler sur les consciences parce que ça faisait preuve d'un communautarisme. Alors de deux choses l'une je ne suis pas certaine que la djellaba soit un vêtement musulman comme peut l'être le voile mais plutôt qu'il est un vêtement arabe, en quel cas on aurait ici un joli amalgame (eh oui, il y a des chrétiens en Orient, et des Juifs aussi), et en plus ça voudrait dire qu'il faudrait aussi interdire les vêtements gothiques. Si. Parce que les personnes qui s'habillent en gothique et autres styles alternatifs on pourrait considérer qu'ils font partie d'une communauté de gens qui s'habillent comme eux, qu'ils ont une culture et des références communes et que donc ils sont dangereux pour l'identité française. Je ris.

Il y a aussi cette histoire d'héritage greco-romain. Pardonnez cette provocation, j'adore ça, mais, personnellement, l'héritage greco-romain, je le cherche. Ce que je veux dire c'est qu'entre la destitution du dernier empereur d'Occident en 476 (précisément !) et nous il y a beaucoup de siècles. Des siècles qui ont vu les incursions de peuples tels que les Alains, les Vandales, les Ostrogoths, les Wisigoths, les Francs, les Lombards, les Arabo-musulmans, et certainement d'autres que j'oublie. Autant de peuples qui, d'ailleurs, n'ont pas attendu la fin de l'empire d'Occident pour s'installer chez nous (mais si ça vous intéresse je peux vous envoyer mes cours d'Histoire médiévale) ! Bref. Donc, oui, nous avons l'héritage greco-romain mais aussi celui que nous ont laissé les Celtes et les Vikings. Et puis on a eu des guerres. La guerre de Cent Ans qui, j'imagine, a certainement vu la naissance de bébé mixtes. Mais aussi des guerres plus récentes. Que fait-on de l'Alsace-Lorraine ? Ben oui, il y a eu des viols des soldats et des histoires d'amour franco-allemandes. Alors on en fait quoi de ces bébé Franco-allemands ? Ne sont-ils pas Français ? Bon. Héritage greco-romain ? Je ris.

Par contre je ris beaucoup moins quand le monsieur du FN dit à la radio que le multiculturel c'est le multiconflictuel. Déjà on peut être en conflit avec des personnes d'une même culture que nous, première chose. Deuxième chose, les autres cultures peuvent interroger la nôtre et l'enrichir. On ne pense pas correctement quand on a l'esprit fermé. Je suis pour l'intégration mais contre l'assimilation ; on ne peut pas demander à des gens d'oublier complètement leur culture d'origine pour épouser exactement celle de la France. Un proverbe chinois dit : "oublier ses ancêtres c'est être un ruisseau sans source, un arbre sans racines". Alors on ne peut pas demander aux gens de renier leurs origines. Par contre on peut intégrer ces personnes, on peut faire une société où les différences ne sont pas source de conflits permanents, mais source d'enrichissements. Ça commence mal, on est dans un cercle vicieux : ne se sentant pas intégrés et acceptés les étrangers ou personnes d'origines étrangères se replient et nous on les pointe du doigt en disant qu'ils ne s'intègrent pas, donc ils se replient encore davantage, et ainsi de suite. Il faut que quelqu'un prenne la décision de faire un premier pas à l'extérieur du cercle.

Ça ne me gêne pas quand je vois quelqu'un d'origine africaine porter une tenue traditionnelle. Pour être tout à fait sincère, je tique plus quand je vois des hommes en djellaba parce qu'avec un jogging et une doudoune en-dessous ça fait un peu étrange et qu'avec ces histoires de terrorisme, mine de rien, j'ai intégré les schémas, je me dis qu'ils sont peut-être radicalisés. Alors que pas forcément. Bref. Ce qui me gêne ce n'est pas la tenue, ce sont les propos. Quand des jeunes disent "je suis Nigériane" _ et pourquoi pas "Française" ? _, ou "cet été je retourne chez moi", alors que leur carte d'identité est française. Ça, c'est la preuve de notre échec à les faire se sentir Français. Pourquoi ne se sentent-ils pas Français ? On en revient à notre cercle vicieux. Evidemment qu'il y a des profiteurs, des personnes qui se foutent complètement de leur carte d'identité, qui se foutent de nos mœurs, de nos valeurs de libération de la femme et compagnie, mais pour chacune de ces personnes combien y en a-t-il qui veulent vraiment la nationalité française et sont tombés amoureux de notre pays ?

Mais, presque pire que tout ça, c'étaient deux auditeurs. Deux auditeurs qui ne sont pas pour le FN mais qui disent que c'est un vote de protestation et même que v'la l'un d'eux qu'ajoute qu'il espère que le FN gagnera une région ! Wow ! Déjà, première question : qu'est-ce que tu feras si le FN passe alors que pour toi c'était juste un vote de protestation et pas pour les élire ? Tu feras comme les étudiants aux élections européennes et t'iras gueuler dans la rue ? Pas de chance : c'est ton bulletin qui aura participé à ça, t'aura plus qu'à la boucler et à faire profil bas. Mais, surtout, d'une manière plus générale, on ne joue pas avec un vote ! On n'est pas en train de parler de stratégie ou je sais pas quoi ! On est en train de parler de notre avenir ! Voter un truc avec lequel on n'est pas d'accord en espérant que les autres rattrapent le tir c'est juste du gros n'importe quoi ! C'est complètement irresponsable et c'est comme ça qu'on vote François Hollande pour faire sortir Nicolas Sarkozy, et c'est bien là-dessus que compte Marine Le Pen ! On ne joue pas avec un vote ! On n'est pas en train d'élire les délégués de classe, là, merde ! (Désolée, je m'emporte un peu, haha :P).

Alors voilà, je ne suis pas Française, pas vraiment, parce que je ne vibre pas au sacre de Reims. Du coup, des vrais Français, doit pas y en avoir beaucoup dans ce pays x) L'identité française... tu parles ! Si l'identité française c'est faire une uniculture et une pensée unique alors non, effectivement, je ne suis pas Française.

Qu'en pensez-vous ?

Source photo

Rendez-vous sur Hellocoton !