jeudi 27 novembre 2014

Internet rend-il méchant ?

Bonjour !

Hier je suis tombée sur un article de Courrier International qui posait la question et je me suis dit que ça serait intéressant d'y répondre. En fait j'ai un peu déplacé la question à "pourquoi les internautes sont-ils méchants ?" parce que je ne crois pas qu'internet rende méchant, la preuve est qu'il y a plein de gens gentils et qui sont pourtant sur internet depuis longtemps. Donc, si ce n'est pas internet qui rend les gens méchants, pourquoi le sont-ils ?

Il y a quelque chose que l'on lit beaucoup sur la blogosphère c'est que l'entourage des blogueuses ne connait pas leurs blogs, parce que c'est plus facile de s'adresser à tout le monde et personne à la fois, on n'a pas peur d'être jugé, un peu comme dans un journal intime public, étrangement. Et je crois que c'est un peu le même principe avec les trolls. Ce qui nous retient de dire des méchancetés dans la "vraie vie" c'est la responsabilité de ce qu'on dit, que l'on n'a pas envie de blesser la personne, que l'on pourrait avoir des regrets quand on voit qu'elle est triste. Et ça, comme le jugement pour les blogueuses, ça disparaît sur internet ; on peut écrire anonymement _ ce n'est pas vraiment moi qui écrit, c'est "anonyme", c'est un autre _ on n'est pas vraiment responsable de ce que l'on écrit, on n'est pas puni pour avoir insulté quelqu'un alors que dans la "vraie vie" si. Et l'on ne voit pas la réaction de la personne, sa déception, sa tristesse, finalement ce qu'on a écrit n'a pas d'incidence visible, donc ce n'est pas grave, on n'a pas de regrets. "Il est plus facile de haïr à distance" qu'ils disent, et je crois que finalement c'est un peu ça. C'est plus facile d'être méchant.

Dans l'article ils parlaient de ces chasseurs de trolls qui deviennent eux-mêmes méchants. Je crois que ça tient au fait que les gens méchants sont stressés, anxieux, ils se déchargent de leur colère, et les chasseurs de trolls plongent là-dedans à longueur de journées, ils ne font que ça et, forcément, au bout d'un moment, ça les stresse eux-mêmes, qu'ils en ont mare de lire des méchancetés et des insultes, qu'ils sont un peu à cran en quelques sortes, et qu'il faut que ça sorte. On voit bien que, quand quelqu'un nous agresse, c'est dur de garder son calme.

Alors je crois que c'est un peu ces deux raisons finalement ; la facilité de décharger sa haine, le sentiment d'impunité, après tout on n'a jamais vraiment entendu parler d'affaires de gens s'étant fait condamner parce qu'ils ont insulté une célébrité sur internet, et le stress, la pression que l'on accumule dans une journée et que l'on relâche sur des gens qui n'ont rien à voir, en se disant que, comme on est anonyme ce n'est pas vraiment nous, personne ne nous retrouvera jamais. Et puis internet ce n'est pas la "vraie vie", c'est du virtuel, alors ce n'est pas grave. Sauf que les sentiments que l'on ressent quand on lit quelque chose, eux, sont vrais.

Pour moi internet ne rend pas méchant, c'est plutôt les sentiments avec lesquels on y va qui vont nous faire céder à la tentation du "je suis anonyme, c'est un monde virtuel, personne ne saura jamais".

Qu'en pensez-vous ?


Rendez-vous sur Hellocoton !

lundi 24 novembre 2014

Pour lui la place des femmes c'est la maternité

Bonjour :)

Aujourd'hui en rentrant chez moi j'ai allumé ma radio et au détour d'un flash info j'entends que quelqu'un a dit que le rôle des femmes dans la société était de faire des enfants. J'ai cherché dans Google qui avait pu dire une telle chose et n'ayant pas trouvé je me suis rabattue sur Twitter en me disant que quelqu'un devait bien avoir commenté ou relayé l'information et jackpot ! je suis tombée sur cet article (attention, ça pique les yeux).

Outre la déclaration en elle-même il y a deux choses qui m'ont gêné dans ce qu'il a dit. La première c'est qu'il fait passer les féministes pour des folles. Alors c'est clair que certains groupes féministes sont extrémistes et revendiquent des choses complètement dingues mais, à la base, nous n'avons rien à craindre pour l'avenir de l'espèce : non, les féministes ne sont pas contre la maternité elles veulent juste autant de droits que les hommes, ce qui est, je crois, sensiblement différent. La deuxième c'est que, ça sert à quoi qu'on essaye de prouver aux gens que l'Islam n'est pas la pire des religions si c'est pour qu'un glandu conservateur foute tout en l'air en une phrase ? Comme toutes les religions on peut en avoir une lecture extrémiste mais on peut aussi en avoir une lecture adaptée à l'époque, et je crois que c'est important de le préciser (je rappelle au passage que je suis athée). Donc si ce monsieur veut penser que le rôle des femmes c'est la maternité il en a parfaitement le droit, mais qu'il ne prenne pas une religion comme prétexte, quelle qu'elle soit.

Je trouve ça dramatique que des gens pensent encore comme ça aujourd'hui (en même temps l'argument de "on est au XXIème siècle" on s'en passera hein, parce qu'on a tellement bien appris du passé que Israël _ et d'autres pays _ construit un mur, entre autres exemples divers et variés). Et en même temps ça ne m'étonne pas tant que ça parce que le viol est toujours utilisé comme arme de guerre, que la situation des femmes au Népal est autrement plus difficile que celle des femmes de France, partout dans le monde des hommes battent leur compagne, des hommes se permettent encore de violer des femmes, les petites filles ont toujours moins accès à l'école que les petits garçons... Donc finalement, une déclaration comme quoi le rôle des femmes c'est la maternité, à côté, ce n'est pas bien méchant. Dramatique ; mais pas méchant.

Qu'en pensez-vous ?


Rendez-vous sur Hellocoton !

lundi 17 novembre 2014

"C'est bien une réflexion que peut avoir un Noir".

Bonjour !

Ça fait longtemps que je ne vous avez pas rapporté une phrase du genre et aujourd'hui c'était une bonne journée car ce matin j'ai eu droit à "un homosexuel n'est pas égal à un hétérosexuel" de la bouche d'un auditeur d'Europe1 et ce soir à "c'est bien une réflexion que peut avoir un Noir" et ce n'est même pas ma soeur qui l'a dite pour une fois ! (ne niez pas, je sais que vous êtes surpris ! :P)

Aujourd'hui, c'était mon père. On regardait Objectif Top Chef, un candidat est Noir, il soulève le torchon, il y a des huîtres, il dit : "c'est un produit que je travaille beaucoup... sur le moment ça m'inspire parce qu'il faut bien que ça m'inspire" et là on a le droit à la phrase de mon père, à entrer dans les annales du blog à côté du "tu ne fais pas de snowboard quand t'as un problème à la jambe" de ma soeur et du "c'est du gâchis que tu sois gay" d'une amie. Je l'ai regardé et je lui ai demandé pourquoi le plus calmement que j'ai pu. Il m'a répondu : parce que "ça m'inspire parce qu'il faut que ça m'inspire" c'est logique. Genre logique pour eux. Eux les Noirs. Et après, à table, j'ai eu droit de la part de ma mère à : "et puis c'est un Noir alors il travaille lentement" et à mon père de renchérir "c'est pas de leur faute, pauvres gars".

Et c'est le même genre de personne qui va te dire que non, ils ne sont pas racistes, mais que c'est scientifique. D'accord. Alors à ce moment-là on peut aussi dire que : c'est scientifique, les femmes n'ont pas la fibre politique, elles ne devraient pas avoir le droit de vote. Parce que le racisme, finalement, ça commence par-là. Ça commence quand on dit que les Noirs et les Blancs ne sont pas égaux scientifiquement. Peut-être effectivement qu'il y a de petites différences étant donné que nous n'avons pas évolué dans le même environnement et que donc notre adaptation n'a pas été la même. Un éléphant d'Asie est différent d'un éléphant d'Afrique. Mais peut-on dire que le premier est plus bête est moins un éléphant que le second ? Je ne pense pas que l'on puisse aller jusque-là et c'est pareil avec les Hommes. Ça me fait penser à une conversation dans Qu'est-ce qu'on a fait au bon Dieu. C'est par-là que commence le racisme, quand on dit que tel groupe d'hommes n'ont pas les mêmes capacités que tel autres, qu'il est en-dessous, qu'il n'a pas la même valeur.

Et ce genre de personnes forment des esprits comme ma soeur, le cul entre deux chaises, qui aime bien les Noirs mais ne pourraient jamais sortir avec (on ne choisi pas de qui on tombe amoureux), qui voudrait bien un ami gay mais qui dit que voir deux personnes de même sexe s'embrasser, et plus les garçons que les filles, ça la gêne, qui a des amis sourds mais qui pense que l'on ne peut pas faire de sport quand on est handicapé (je vous avez déjà cité ces exemples dans un article il me semble mais je n'arrive pas à le retrouver). Tiraillée, je crois, entre ce qu'elle pense, ce qu'elle a constaté par elle-même, notre similitude avec l'autre, et ce qu'elle a appris, ressenti, en grandissant auprès de mes parents. Et je trouve ça grave. Parce que ça donne des enfants, et des adultes, intolérants. Je ne sais pas trop pourquoi j'ai échappé à ça mais ça me ferait presque croire en Dieu dis dont ! (De toute façon il ne pouvait que m'aider ; je suis exceptionnelle et s'il existe il n'a pas pu ne pas le remarquer xD).

Alors non, ce n'est pas "une réflexion que peut avoir un Noir". Le "ça m'inspire parce qu'il faut que ça m'inspire" j'aurais pu le dire aussi, ça ou un truc du genre, parce qu'avec le stress et d'autres facteurs, on ne fait pas trop attention à ce qu'on dit. Ce n'est pas une question de couleur. C'est une question de ressentis. Demandez à un sportif de répondre à une question tout de suite après un effort. Blanc ou Noir il ne répondra pas, parce qu'il a perdu des neurones (en fonction du sport) et que son cerveau, dans l'effort, s'est complètement déconnecté de la réalité. Ce n'est pas une question de couleur et ça ne l'a jamais été.

Ce matin, après avoir entendu la phrase à la radio, qu'un homosexuel n'est soit disant pas égal à un hétérosexuel, qu'une de mes amies ne m'est pas égale, je me suis demandée pourquoi on en venait à penser des choses comme ça. Et je crois que, bien sûr, il y a l'éducation directe, celle des parents, et notre passé et conscience collectifs. Nous sommes enfants d'un pays de tradition et d'histoire catholique, des catholiques qui refusaient l'homosexualité et l'avortement. Et, mine de rien, je crois que ça joue un peu, parce que c'est la racine de notre pays et de notre société. Même s'il y a eu un brassage des populations.

Si vous demandez à mes parents ils vous diront qu'ils ne sont pas racistes, mais que les Noirs ne pensent pas comme nous, que les Arabes sont fourbes et menteurs, mais moins les filles. Ils vous diront qu'ils ne sont pas homophobes, d'ailleurs ils nous répètent à ma soeur et moi depuis qu'on est ados que si on aime une fille ce n'est pas grave, ils nous aimeront, mais ils vous diront aussi que, quand même, voir deux personnes du même sexe s'embrasser c'est "bizarre" et ça "les gêne", surtout si c'est deux hommes. Forcément : l'homme doit être fort et viril, la femme lesbienne, elle, c'est, je crois, l'extrême de la femme indépendante : la femme travaille, vote, dépense son fric comme elle l'entend et, oh !, même dans son intimité elle n'a pas besoin d'un homme. Je crois qu'il y a un peu de ça. En plus d'un certain fantasme qui n'existe pas, ou peu, autour des couples d'hommes. Enfin bref.

Alors je ne sais pas vraiment d'où ça vient, éducation directe ou racine historique, quelle est leur part de responsabilité, à quel moment ils ont décidé de ne pas remettre en question leurs théories, mais je trouve ça grave de dire qu'il y a des "réflexions" que les Noirs sont plus susceptibles de dire que les Blancs. Et je trouve ça grave de transmettre ça à des enfants. Et je trouve ça grave que ces enfants, une fois grands, ne décident pas de se poser les bonnes questions. Et je suis fière (même si je ne suis pas vraiment pour grand-chose à mon avis) de ne pas être comme eux, voilà, c'est dit !

Qu'en pensez-vous ?
Je me disais au passage qu'on pourrait organiser une marche contre le racisme ? Enfin si ça vous dit, je n'ai jamais organisé ni participé à ce genre de choses alors je ne sais même pas comment on fait xD


Rendez-vous sur Hellocoton !

jeudi 13 novembre 2014

Les jeunes en font trop ?

Bonjour ! :)

Si vous avez écouté l'émission de Jean-Marc Morandini ce matin sur Europe1 vous avez pu vous délecter de la magnificence de ma voix mélodieuse (hrm hrm) lorsque je suis passée à l'antenne. Le sujet était de savoir si l'on comprenait les actions des étudiants et des lycéens pour Rémi Fraisse et j'avais tellement envie de donner mon avis (j'adore donner mon avis) que j'ai décidé d'appeler même si j'avais cours une vingtaine de minutes après, et ils sont tellement gentils qu'ils m'ont vite fait passer pour se débarrasser de moi que je puisse aller bosser.

Quand j'ai entendu le sujet ça m'a tout de suite fait penser à cette affiche que j'ai vue dans une cage d'escalier : "un monde sans police plutôt qu'un monde sans Rémi". Lorsque j'ai vu ça j'ai écarquillé tout grand les yeux et je me suis dit "mais c'est quoi ce truc ?!" (et si vous le voulez avec le ton vous pouvez écouter le podcast de l'émission, haha ! :P). Alors... peut-être que c'était qu'une formule pour inciter les gens à lire le reste de l'affiche, je le conçois tout-à-fait, mais que l'on fasse attention aux formules que l'on emploie ! On est bien content quand les casseurs s'en prennent aux magasins et qu'il y a des flics pour les arrêter ! Il y aurait encore plus de morts sans eux parce qu'un manifestant finirait par ce prendre sur la tête un pavé lancé par l'un de ses congénères. Après être passée à l'antenne je suis retournée voir l'affiche que je n'avais pas lue. Et j'ai arrêté au milieu de la deuxième phrase, quand j'ai lu "assassiné" parce que l'assassinat implique la préméditation et que je ne pense sincèrement pas que le policier qui a jeté la grenade ait voulu tuer ce jeune homme. C'est encore une formule sur laquelle ils auraient dû réfléchir.

Autre chose qui me dérange un peu dans toutes ces manifestations pour Rémi c'est que ce garçon, s'il s'est fait tuer, c'est qu'il était du côté des extrémistes et des casseurs. Dans la Nouvelle Edition de Canal + on voyait bien que les pacifistes n'étaient pas du tout à côté des anarchistes, écolo extrémistes et fouteurs de merde (je sais, ils nous montrent ce qu'ils veulent). S'il était vraiment pacifiste il n'avait rien à foutre avec eux. Je ne dis pas qu'il a mérité la mort, mais s'il était du côté des "casseurs" c'est peut-être qu'il n'était pas si "gentil" qu'on veut bien nous le faire croire...

Il y a une dernière chose qui m'a interpellée. Ce gars est mort. Bon. Très bien. Mais il n'était pas protégé, au contraire des policiers. Là où je veux en venir c'est que pour blesser, ou même tuer (l'un des intervenants à dit que du côté des policiers il y avait eu vingt-deux morts), un policier qui est protégé au minimum d'un gilet pare balles, d'un bouclier et d'un casque, il faut quand même déchaîner beaucoup plus de violence que pour tuer quelqu'un qui est en jean et sweat à capuche. Et puis il faut arrêter de déshumaniser ces policiers en sous entendant plus ou moins que ça ne leur fait rien de tuer des gens et qu'ils considèrent la violence policière comme normale. Parce qu'à mon avis le type qui a tué Rémi, le soir, et peut-être même encore aujourd'hui, il a eu du mal à s'endormir.

Comme disait l'auditrice suivante on s'en fiche qu'ils aient vingt-et-un ou quarante ans, ils sont morts, leur vie ne valait pas moins que celle de Rémi. Donc au lieu de coller des affiches de propagande dans les cages d'escalier, les étudiants et lycéens qui s'indignent et manifestent devraient se poser quelques questions... parce que là on dirait juste une bande d'extrémistes qui cherchent un prétexte pour râler contre le gouvernement et ne réfléchissent pas à ce qu'ils disent. Et ça fait un peu flipper, quand même.

Qu'en pensez-vous ?

P-.S : je sais, mon titre n'est pas terrible...

Source photo

Rendez-vous sur Hellocoton !

mercredi 5 novembre 2014

Dis moi où tu écris je te dirais qui tu es.

Bonjour !

Juju m'a tagué et je dois donc vous dire ce qu'il y a à ma gauche et à ma droite lorsque j'écris mes articles (comme maintenant :P).

Je suis droitière et pourtant c'est à ma gauche qu'il y a le plus de bordel. Dans le coin le plus éloigné de moi de mon bureau une Grande Encyclopédie du Merveilleux est coincée sans honte entre une haute et élancée sculpture de zèbre en bois à sa gauche, un petit meuble avec neuf tiroirs carrés sur lequel repose une vieille lampe (entre autre) empêtrée dans les pattes aimantées d'un éléphant et d'un dalmatien à sa droite, et côtoie un petit jardin zen croulant sous un numéro de Geo Histoire sur la Grèce Antique et quelques cours imprimés distribués par les profs. Entre ça et mon ordi un carnet moleskine dont je me sers pour noter quelques trucs pour mon roman, un bloc note avec des choses diverses et variées, et un déodorant s'empilent. Accroché au mur un djembé pendu à un bouton de porte vache domine mon meuble à neuf cases. On trouve encore et dans le désordre un flacon de povidone idée qui a annexé mon bureau à partir du jour où je me suis brûlée la jambe avec l'eau bouillante des pâtes et que je me suis enfin décidé à le dire à ma mère (oui parce que je pensais que ça allait partir tout seul, c'est beau la naïveté bêtise d'une adolescente) (comment ça, adolescente ? Oui, malheureusement c'était y'a moins d'un an... xD), puis une crème à l'arnica contre les bleus qui traîne là depuis plusieurs années, une crème Saforelle inutile, un calendrier en cube avec une phrase zen par jour, le numéro de Novembre de National Geographic (je suis légèrement en retard, j'ai celui d'Octobre dans mon sac et je n'en suis qu'à la moitié, hrm hrm), carte bancaire et carte d'étudiante qui se chevauchent, cachets contre le douleur que je n'utilise pas (je suis une petite chose fragile avec du calcaire dans le pied), un paquet de patafix (j'adore jouer avec !), un chargeur de téléphone sans câble, un rouleau de sparadrap, un autre bloc note avec tout autant de diversités que le premier, et enfin mais non des moindres, mon téléphone. En gros c'est le chantier mais je le vis bien (c'était pire avant que je ne range ma chambre de fond en comble il y a deux semaines... à un moment j'aurais même pu vous dire qu'il y avait une horloge).

A ma droite étrangement c'est moins le foutoir, peut-être parce que j'ai besoin de place pour la souris. Donc un peu derrière mon ordi on trouve un couple de statue massai regardant le mur d'en face en compagnie d'une sculpture girafe dans le même style que mon zèbre et à la patte de laquelle est accroché avec amour un chien marron au long museau et oreilles noires aux pattes aimantées. Puis en se dirigeant encore vers le bord du bureau des figurines éléphant, une maman et son petit que je viens de mettre là car j'ai libéré de la place pour ma famille hérisson sur un autre meuble (famille hérisson trouvée dans le rayon des six-sept ans et achetée aujourd'hui avec l'euphorie d'une enfant : même pas honte !). Puis ensuite un globe terrestre, parce que c'est plus classe de le mettre là que de le reléguer sur mon armoire, ça fait genre je suis intelligente et je m'en sers alors que comme tout le monde quand je veux savoir où se trouve une ville ou un pays je tape le nom dans Google. Et ensuite une table d'ordinateur noire fait le lien avec mon autre bureau (ouais, j'en ai deux, pour y étaler deux fois plus de bordel) dont je vous épargne la description ;) Mais, comme tout ça à l'air bien rangé, j'ajoute quand même qu'une pièce de un centime se dore la pilule en compagnie d'un rouleau de papier (type papier de caisse, pas papier toilette, je n'en suis pas encore à ce point-là... quoi qu'une horloge... :P).

Voilà. Vous savez tout (enfin presque, il reste, entre autre, une brosse à vêtements derrière mon ordi). Maintenant je suis censée taguer des personnes mais je ne sais vraiment pas qui choisir parce que je dois en choisir dix mais plusieurs personnes auxquelles je suis abonnées l'on déjà été alors disons que vous pouvez le faire si vous voulez :) Ou que je tague tout le monde ;)


Rendez-vous sur Hellocoton !

dimanche 2 novembre 2014

La confiance en soi c'est compliqué

Bonjour !

Depuis quelques mois je ne regardais plus du tout les youtubeuses auxquelles je suis abonnée. Par manque d'envie, manque d'intérêt aussi, un peu. Mais comme je m'ennuyais j'ai décidé d'aller y faire un tour et je suis tombée sur "Astuces : comment avoir confiance en soi", titre d'une vidéo de relooking. Alors, au cas où mon intuition ne serait pas bonne j'ai quand même cliqué. Et refermé tout de suite.

Alors... en soi vouloir donner confiance en soi aux téléspectatrices c'est une très gentille attention (et qui rapporte plein de clics) (mauvaise langue, moi ?! :P) mais je pense que c'est un peu plus compliqué qu'une histoire d'apparence. Si du maquillage et une jolie robe pouvaient vraiment donner confiance en soi je pense que plus personne ne serait mal dans sa peau. Alors je ne nie pas que le maquillage peut aider à nous réconcilier avec notre image de nous mais... comment dire... par exemple un jour j'ai essayé de me mettre du rouge à lèvre et j'ai trouvé ça tout aussi ridicule que le jour où ma soeur m'avait mis du mascara pour voir comment ça faisait. La fois où j'ai acheté une robe (l'autre jour, donc) il a fallu que je me fasse violence pour l'amener jusqu'à la caisse. Pourtant elle ne me va pas si mal que ça. Il ne suffit pas d'être bien habillée pour avoir confiance en soi. Je crois sincèrement que la confiance en soi ça vient d'abord de l'intérieur en quelques sortes.

Ce que je veux dire c'est que comme disait Victor Hugo : "La beauté de l'âme se répand comme une lumière mystérieuse sur la beauté du corps.". On peut avoir confiance en soi sans être maquillée comme on peut n'avoir pas du tout confiance en l'étant. Pendant la Coupe du Monde l'un des intervenants sur Europe1 sortait parfois des proverbes africains. Il y en a un que j'aime bien (oui, je les ai noté, je suis une grande malade xD) : "ce n'est pas la cage en or qui fait bien chanter le corbeau", autrement dit ce n'est pas parce qu'on est maquillée qu'on va être bien. La confiance en soi ce n'est pas une apparence d'après moi, c'est une attitude, et le maquillage n'est pas la solution miracle.

Je crois que la confiance en soi on la gagne quand on se rend compte qu'on n'est pas si nulle, quand on arrive au bout d'un projet, quand on se lance des défis et qu'on les relève, quand on ne se laisse pas abattre quand il nous arrive une tuile, etc. Même si le maquillage peut aider à améliorer l'image que l'on a de nous-même, encore une fois, "ce n'est pas la cage en or qui fait bien chanter le corbeau".

Qu'en pensez-vous ? Si vous n'êtes pas d'accord n'hésitez surtout pas :)

Source photo : je ne sais plus, sur un blog Skyrock je crois.

Rendez-vous sur Hellocoton !