jeudi 26 juin 2014

Le bac, ce n'est pas si terrible en fait

Bonjour ! :)

Quand j'avais encore un blog sur Skyrock je voyais souvent des filles qui mettaient leur blog en pause parce qu'elles devaient réviser pour le bac et qui ne pouvaient donc pas se connecter. Je m'étais dis que moi aussi ça m'arriverait, que je pourrai me donner l'air occupé en disant que je devais réviser mon bac (oh ça va hein ! j'avais douze ans :P). Et le moment du bac est arrivé. Et j'ai continué de me connecter à mon blog, d'errer sur internet, de lire les blogs des autres, de regarder les dessins animés (oui, je regarde les dessins animés ^^'), ne travaillant qu'une à deux heures (grand max) par jour et m'étonnant de voir le statut d'une amie sur Facebook qui se plaignait de ne pas pouvoir sortir alors qu'il y avait du soleil parce qu'elle devait réviser le bac.

Le bac ce n'est pas si terrible. Même si le sujet de français était nul, que le texte de philo n'était pas très facile et que j'ai complètement loupé ma carte géo (oui parce que je pense que ça ne va pas vraiment plaire au correcteur de lire Guinée à la place de Guyane (je m'excuse si jamais il passe par-là dans un moment d'errance)), ce n'était pas si terrible, en fait. L'ambiance dans la classe était plutôt bonne, on discutait même quand les profs nous distribuait les feuilles, quelques uns soulevaient leur sujet pour savoir à l'avance (oui c'est pas bien et alors ? les profs avaient qu'à mieux surveiller, faut bien avouer que c'est tentant quand même... comme la fille dans Barbe Bleue qui ouvre la porte interdite) mais ça n'a pas servi à grand-chose parce qu'en Histoire on voyait la carte du Brésil par transparence.

Je m'étais imaginé le bac comme un truc horrible, presque austère en fait, alors qu'en vrai ce n'est pas pire qu'un contrôle normal ou qu'un bac blanc (sauf qu'au bac blanc les profs de langues étaient gentils avec moi à l'oral ^^'). On en fait tout un plat pour pas grand-chose au final. Et je n'ai pas cette impression parce que j'ai beaucoup révisé ; j'ai dû réviser deux heures par jour en moyenne grand max (c'est d'ailleurs pour ça que j'ai mis la Guinée à la place de la Guyane sur ma carte de géo et que j'ai écrit daró sur ma copie d'espagnol au lieu de dio _ je savais que c'était une bêtise donc je l'ai écrite au crayon à papier mais ça n'en reste pas moins une bêtise très très trèèèèès très grosse). Et puis en Histoire j'ai eu de la chance puisque le sujet était la Chine et que je voulais absolument la Chine, j'avais même acheté le hors-série de National Geographic pour pouvoir réviser et apprendre des choses en plus par rapport au cours (grande malade la fille, en fait xD). Je pense aussi que mes heures de révisions ont été réduites par le fait que, au lieu d'apprendre mes leçons d'Histoire une par une, je les ai toutes apprises d'un seul coup en mettant les dates toutes leçons confondues sur des feuilles.

Enfin bref. Le bac ce n'est pas si terrible que ça, au final (et c'est là que le jour des résultats je n'ai pas mon bac :P). Voilà pour cet article hautement intéressant ^^'.


Rendez-vous sur Hellocoton !

samedi 21 juin 2014

Un peu d'ambition !

Bonjour !

Depuis que la Coupe du Monde a commencé on entend les gens dire que nos petits Français à la popularité retrouvée vont s'arrêter en huitième ou en quart de finale. Je n'ai qu'une question : pourquoi ? Ils s'entendent bien, Patrice Evra est le seul à avoir visiblement la grosse tête, on ne voit pas sur le terrain onze joueurs mais une équipe, ils gagnent leurs matches..., que des millions de personnes regardent ; hier, par ma fenêtre ouverte, j'entendais les acclamations de joie... alors pourquoi se faire du mal en pensant qu'ils n'arriveront pas en finale ? Moi je crois qu'ils vont y aller, en finale, et que quand ils y seront ils la gagneront (tant qu'à faire ^^').

J'ai une amie marxiste qui me disait qu'elle était consciente que toutes les avancées qu'elle vise elle ne les aura pas, mais qu'en visant haut on atteignait forcément quelque chose de haut. Alors si on se dit qu'on va jusqu'en quart, que c'est notre but, bien sûr qu'en quart on va perdre : parce que l'objectif sera atteint. Ça marche comme ça pour tout ; pourquoi se contenter d'un douze sur vingt quand on peut avoir quinze ? A mon dernier contrôle d'Histoire j'ai eu pile poil la moyenne, j'étais déçue, une fille de ma classe m'a dit que dix ça allait. Non, dix, ça ne va pas, dix, oui, c'est la moyenne mais, non, ce n'est pas bien. Pourquoi se contenter du moins quand, avec quelques efforts, on peut avoir le plus ?

J'ai lu plusieurs articles qui parlait de l'importance de se donner des objectifs, et, dans la plupart de ces articles, les auteurs disaient qu'il ne fallait pas se donner des objectifs facilement atteignables parce qu'après on se repose vu que l'on a atteint les objectifs. Il n'y a pas de mal à être ambitieux, à vouloir avoir un poste important, bien gagner sa vie, à faire de grandes choses... J'ai un camarade de classe qui veut travailler à la Cours Pénale Internationale, j'aimerai bien réussir à gagner ma vie avec mes romans, j'aimerai bien être une journaliste reconnue, j'ai une camarade de classe qui voudrait devenir chanteuse, une autre qui voudrait partir à l'étranger faire ses études... Une autre qui voudrait faire des comédies musicales et une autre encore qui compte entrer en hypokhâgne. Il n'y a pas de mal à avoir de l'ambition, à se fixer des objectifs comme devenir psychologue dans les prisons, avocat ou artiste. Ou même à vouloir que son blog ou sa chaîne Youtube soit beaucoup lu et regardé. Et finalement je crois que ce sont les gens les plus ambitieux qui réussissent parce qu'ils visent quelque chose d'un peu inatteignable mais se donnent à fond pour y arriver et parviennent forcément à quelque chose de haut.

Alors, non, nos petits Français ne vont pas s'arrêter en quart de finale, c'est hors de question ; ils vont aller en demi, puis en finale, et ils vont gagner cette finale ! Est-ce que c'est possible d'être optimiste (et c'est moi qui dit ça xD) et ambitieux, un peu ? Moi je crois qu'on va y arriver ! L'ambition c'est important, je crois, et ça ne fait de mal à personne.

Source photo

Rendez-vous sur Hellocoton !

samedi 7 juin 2014

La fin justifie les moyens ? (Ou : "faut bien faire de la comm'")

Bonjour :)

Hier je reçois sur ma page Hellocoton ce message : "Je viens de découvrir ton blog, je le trouve vraiment bien ! // N'hésite pas à aller faire un tour sur le mien // ♥". En soi... pourquoi pas. J'avais déjà vu le blog de cette madame, puisque figurez-vous que j'avais vu un message de cette madame sur la page d'une de mes nouvelles abonnées qui disait qu'elle aimait son blog sauf que... ma nouvelle abonnée n'en avait pas, de blog. Je le lui ai donc fait la remarque et l'idée d'en faire un article m'a rapidement traversé l'esprit avant que je me rende compte que je n'avais pas assez de matière. Seulement la madame m'a répondu ça : "Héhé, faut bien faire de la comm' de temps en temps ;)". Une phrase de plus et me voilà sur l'éditeur de mon blog à pondre un article, comme quoi ça tient à pas grand-chose ! ^^

Faut bien faire de la comm'... C'est vrai, il faut faire de la comm', après tout le blogging s'est tellement professionnalisé que, oui, comme partout, comme pour lancer son entreprise, il faut faire de la comm'. C'est ce qu'on lit dans les articles de conseils pour lancer son blog : commenter les blogs des autres, laisser ses liens un peu partout. C'est ce qu'il faut faire pour attirer des gens. Apparemment. Machiavel (je n'ai aucun mérite à le citer, on a fait le dernier cours sur lui il y a quatre jours) pensait que, peu importe les moyens tant que le prince reste sur son trône et que, d'apparence, il parait gentil et tenir toujours ses promesses. Cela dit entre une ville comme Florence à la Renaissance et un blog aujourd'hui il y a un monde (et quelques siècles ^^'). Mais le principe à l'air de rester le même : tout faire pour arriver à son but.

En soi poster un tel message sur la page de quelqu'un qui n'a pas de blog, ou de celle qui en a un sans y être allé, n'est pas bien grave. Il n'y a pas mort d'homme, ni assassinat de blog et complot machiavélique pour dominer la blogosphère et puis le monde. Mais je ne trouve pas ça très... "moral", très... bien. Disons que... je pense que ceux qui rédigent les articles de conseils disent qu'il "faut" laisser des commentaires pas dans le sens "laisser des commentaires de pubs à base de petits coeurs et de compliments faux" mais plutôt dans le sens où... on doit prendre le temps de lire un article avant de le commenter, de faire ce qu'on appelait sur Skyrock de mon temps (haha) un "vrai commentaire". Parce que premièrement c'est plus honnête donc c'est mieux vis à vis de toi-même et deuxièmement ça fait vraiment plaisir à la personne qui le reçoit.

Sincèrement un message tel que "Je viens de découvrir ton blog, je le trouve vraiment bien ! // N'hésite pas à aller faire un tour sur le mien // ♥" ça ne me donne pas envie de me déplacer. D'ailleurs le simple fait que je ne me sois pas gêner pour répondre que j'avais déjà visité son blog quand j'avais vu un de ses messages sur la page d'une fille qui n'a pas de blog prouve que ça ne fait pas plaisir dans le sens où... si ce commentaire m'avait fait plaisir je n'aurai même pas penser à jouer à la plus maligne ! ^^' Un "vrai commentaire" ça fait plaisir, un commentaire constructif ça fait encore plus plaisir, ça donne envie de se déplacer, de jeter un œil. Je trouve.

Faut bien faire de la comm'. Seulement ça ne me donne pas une bonne image de la personne que j'ai en face de moi, donc je n'ai pas envie de m'attarder sur son blog. Ça ne me donne pas envie, même, de faire l'effort ultime d'appuyer sur le bouton de ma souris pour m'y rendre. Oui, il faut bien faire sa comm', mais je pense qu'il y a manière et manière. Et je pense que la manière la plus honnête c'est de faire de la promo sans en faire, de s'intéresser réellement aux blogs qu'on lit (et de commencer par se rendre sur le blog, ça serait déjà ça xD). Parce que c'est bien plus enrichissant, à mon avis (avis de bisounours qui dance sur un arc-en-ciel au milieu d'un troupeau de licornes aux ailes à paillettes broutant de l'herbe bleue qui pousse grâce à de la pluie tombant de nuages en barbe à papa).

Et puis c'est marrant mais je crois que l'honnêteté ça se sent. A un moment je me levai le matin en me disant "Y faut que j'écrive un article" et aucun de ces articles n'était beaucoup lu. Parce que l'honnêteté ça se sent, ça se devine, et puis le message que j'ai reçu ne faisait pas vraiment dans la subtilité :P Je vais encore me ramener avec ma mention au respect mais... je sais que parfois ma vision du respect va un peu trop loin mais... je crois réellement que dire "Je viens de découvrir ton blog, je le trouve vraiment bien !" alors qu'on n'a certainement pas regardé le blog en question parce qu'on a dans notre navigateur cinquante pages où il faut écrire le même message, eh bien, oui, c'est un manque de respect. Parce que la personne qui écrit son blog elle travaille, elle s'applique, elle essaye de faire bien. Alors la moindre des choses c'est de ne pas se ficher d'elle en lui écrivant un compliment passe-partout, copier-coller, peut-être pas faux (comment savoir puisque le blog n'a pas été regardé plus de dix secondes ?) mais certainement pas vrai non plus.

Je crois que la fin ne justifie pas les moyens dans ce cas-là. Que, oui, "faut bien faire sa comm'", mais qu'il ne faut pas se foutre de la gueule des gens. C'est vrai qu'en soi ce message n'est pas méchant, n'est pas insultant (quoique si on pousse un peu...), mais c'est lassant, agaçant... et pas intéressant. L'intérêt c'est de découvrir des gens, des univers, des façons d'écrire, des façons de penser, d'échanger, de découvrir, d'être sincère... je ne pense pas qu'on puisse commencer une bonne relation blogueuse/lectrice en partant d'un mensonge. Même parce qu'il "faut bien faire de la comm' de temps en temps".

Voilà. C'est tout.
Vous faites de la comm' vous ?

Source photos

Rendez-vous sur Hellocoton !

vendredi 6 juin 2014

Du boycott de la Coupe du Monde

Bonjour :)

A la fin de La Nouvelle Edition sur Canal+ ils ont parlé un peu de la Coupe du Monde du Brésil, du fait que beaucoup d'argent a été dépensé alors qu'il y a peu d'hôpitaux et des problèmes dans l'éducation nationale, et ça m'a fait penser à cet appel au boycott auquel j'ai été invitée sur Facebook et que j'ai ignoré. Cette émission ne m'a pas fait changer d'avis, je ne boycotterai pas la Coupe du Monde. Pas parce que je suis insensible, pas parce que je me fous de la situation sociale assez dramatique du Brésil, mais seulement parce que je trouve ça inutile tellement on est sur des quantités colossales de fans.

L'autre jour en Histoire j'étais devant une camarade qui expliquait qu'elle refusait de cautionner l'attitude de l'Etat brésilien en regardant la Coupe du Monde, que c'était absolument hors de question de leur faire gagner de l'argent alors que des tas de gens sont dans la misère et n'ont pas d'hôpitaux, que les ouvriers sont traités n'importe comment, que ça avait déjà été comme ça aux Jeux Olympiques de Pékin, et qu'elle ne pouvait pas s'allier à ces gens en regardant les matches de foot. Sur le fond je suis d'accord, c'est la merde, ce n'est pas acceptable. Mais sur la forme je trouve ça inutile.

Je m'explique : on joue sur des quantités colossales de téléspectateurs et ça dans le monde. Des gens vont prendre des abonnements à des chaînes payantes juste le temps de la Coupe du Monde pour pouvoir regarder tous les matches (mon père en fait partie), cinq millions de personnes, en France, à peu près, peut-être plus, vont regarder les matches, en Espagne, au Portugal, et dans tous les pays d'Europe de l'Ouest on est certainement sur les mêmes quantités. A l'échelle du monde j'imagine que le principe est à peu près le même. Alors même si on parvient à mobiliser pour le boycott un million de personne on est sur des quantités tellement énorme, le prix des annonces publicitaires pour les marques est tellement élevé, que ça ne changera quasiment rien : l'argent va rentrer dans les caisses des chaînes, de la FIFA, et du Brésil. En plus le Brésil fait partie des BRICS, il est en pleine croissance, alors le "manque à gagner" du boycott ne leur fera presque rien à mon avis. C'est comme si demain tu gagnes deux millions d'euros au Loto et que t'en donne trois mille à ton gosse pour ses études : t'as pas perdu énormément d'argent.

La deuxième chose c'est que, en entendant ma camarade parler, j'ai eu l'impression qu'au travers de ce boycott elle pensait aider la population brésilienne. Et si elle pense vraiment aider la population brésilienne je trouve ça problématique parce qu'elle se trompe. Si elle veut vraiment aider ces gens elle peut trouver des ONG ou des associations qui œuvrent réellement pour améliorer la situation dans les favelas par exemple et leur envoyer de l'argent ou quelque chose d'autres dont ils pourraient avoir besoin. Là elle va réellement les aider. Mais je pense qu'un boycott ne va servir à rien, ça n'aidera pas à améliorer la situation sociale. L'Etat brésilien n'en a rien à faire de ce que pense la communauté internationale, je pense qu'il peut se permettre de l'ignorer, donc un boycott ne servira à rien, surtout s'il ne parvient pas à mobiliser suffisamment de monde et, même avec beaucoup de participants, ça ne changera pas grand-chose. En fait j'ai un peu la sensation que c'est histoire de se donner bonne conscience (pessimisme bonjour), du genre "on ne reste pas immobile, insensible ; on boycotte !".

Donc je ne boycotterai pas la Coupe du Monde. Et vous ?

Source photo

Rendez-vous sur Hellocoton !

mardi 3 juin 2014

Déresponsabilisation

Bonjour ! :)

Depuis quelques jours je repense à ce que m'a dit une camarade. Quand la prof d'Histoire a rendu les copies elle n'était pas là donc j'ai pris la sienne et je lui ai dit sa note par mail. Cinq. Sur vingt. Comme elle pensait avoir réussi elle était forcément déçue mais ce n'est pas ça qui m'a interpellé. Ce qui m'a interpellé c'est le fait qu'elle dise "heureusement que ce n'est pas elle qui nous corrige au bac", comme si c'était de la faute de la prof si elle a eu ne mauvaise note. Et ce n'est pas la seule dans la classe à dire ce genre de choses, j'entends régulièrement des "il fait chier le prof à noter comme ça", etc. Je veux bien que la personne n'ait pas compris le cours parce que parfois ça ne passe pas avec certains profs mais à ce moment-là, au pire, il y a internet, des cours très bien fait, y compris des cours de méthodologie.

C'est trop facile de dire que c'est de la faute de l'autre, de ne pas se remettre en cause. La réaction de ma camarade m'a fait penser à celles d'un candidat de Top Chef cette année, Alexis je crois, qui refusait presque toujours les remarques des jurés, ne les trouvant pas justifiées parce que, vous comprenez, son plat il était bon. Le problème c'est que les jurés ils sont reconnus dans le métier, ils ont des étoiles, ils ont formé des chefs étoilés, donc à mon avis ils savent ce qu'ils disent et s'ils disent qu'un plat manque d'assaisonnement c'est qu'il manque d'assaisonnement. Point. Je crois qu'il y a un moment où il faut se poser deux minutes et commencer à considérer qu'on a peut-être mal fait, mal compris, pas réussi. Mais c'est sûr que c'est plus difficile que de se déresponsabiliser.

Ça m'a aussi fait repenser à une phrase d'une chanson de Tal : "la vie fait des erreurs". Non. Dire que "la vie fait des erreurs" c'est dire que nous avions un "destin", que quelque chose était prévu, qu'on aurait dû être à tel endroit, être accepté dans telle école, mais que la vie elle avait trop bu, voyait double, ou était dans une période d'insomnie, elle était fatiguée, et, oups, elle s'est trompée, elle t'a envoyé dans le mauvais bocal. Mais la vie elle n'a rien fait du tout. Nous si. L'année dernière on m'avait opposée que si une fille se faisait violer ce n'était pas de sa faute. C'est vrai. C'est de la faute du violeur. La vie, elle, elle n'a rien fait.

On passe notre temps à se déresponsabiliser. Constamment. C'est pas de ma faute, c'est parce que... c'est pas moi, c'est parce que... J'ai eu une mauvaise note mais c'est parce que... Et si on regardait un petit peu ce qu'on fait, qu'on regardait vraiment, plutôt que de penser d'office que midi est à notre porte ? Ma camarade, quand je lui ai rendu sa copie le lendemain ou deux jours après, ne l'a même pas regardé, n'a même pas lu les remarques de la prof comme si elle savait que c'était un ramassis de bêtise ; elle l'a mise sous les quelques feuilles qu'elle avait dans la main et s'est empressées de les lire, elles. Alors que, d'après moi, quand on récupère notre copie et d'autant plus quand on a une mauvaise note, la première chose à faire c'est de lire les remarques pour les corriger la fois suivante. Au lieu de se braquer elle aurait pût admettre qu'elle n'avait pas réussi.

Qu'en pensez-vous ?


Rendez-vous sur Hellocoton !