mercredi 28 mai 2014

Elle est pour le Front National

Bonjour :) 

Je ne voulais pas y aller de mon article sur le résultat des élections européennes parce que pas mal de choses avaient déjà été dites. Seulement, ce matin, une de mes camarades de classe distribuait des tracts contre le gouvernement et la montée du FN et, dans le couloir, une autre de mes camarades s'énervait de cette feuille parce qu'elle est pro-FN. Et ça m'a fait penser à un article de Marie Grain de Sel dans lequel elle montre qu'une personne sur dix est pour le FN et que donc, dans son entourage d'une vingtaine de personne, il y en a deux.

J'ai été surprise qu'elle soit pour le Front National, un peu comme le jour où, devant moi dans une file d'attente, j'ai entendu une fille sortir à propos d'un de ses amis "nan mais lui c'est une pédale" ; je pars toujours du principe que les jeunes sont plus tolérants. Loupé. Cela dit je ne pense pas qu'elle soit raciste, en fait je ne pense pas que la plupart des nouveaux adhérants au Front National soient racistes pour la simple raison que ce n'est pas pour virer les étrangers qu'ils votent à l'extrême droite mais en grande partie parce qu'ils sont désespérés et que le parti propose autre chose. Mais la racine du Front National est raciste. Quand on entend une journaliste qui a adhéré pour pouvoir enquêter dire qu'ils parlent de "quartiers bougnouleux" on peut commencer à se poser des questions. Ma camarade a sorti "bah c'est vrai". Pendant une seconde je ne sais pas trop ce qu'il s'est passé, j'ai eu un blocage. Oui, c'est vrai, il y a des quartiers où la population est majoritairement d'origine immigrée, mais il y a des manières de le dire et "bougnoule" est une insulte raciste, au même titre que "pédale" d'ailleurs. Quand on entend que l'UKIP, le parti d'extrême droite eurosceptique britannique ne veut pas s'allier au Front National parce qu'il trouve Marine Le Pen trop raciste on peut se poser des questions. Quand on entend le père dire que "contre l'immigration de masse Monsieur Ebola peut régler ça en trois mois" on est en droit de se poser des questions. "Oui mais lui il est très extrême aussi" qu'elle me sort, ma camarade. Ah parce que Marine elle n'est pas extrême, elle ? Je ne pense pas que les enfants doivent payer les erreurs de leurs parents, il n'en reste pas moins que quand tu es conditionné à penser d'une certaine manière c'est très dur d'en sortir. Si, le Front National a une base raciste.

Alors je me suis posée une question. Pourquoi ? Pourquoi une adolescente, presque adulte, voterait-elle pour le FN alors que, généralement, les jeunes sont plus tolérants et qu'elle-même a un ami "de couleur" (cela dit le racisme envers les Chinois, les Mexicains, les Espagnols, etc, ça existe aussi) ? Je crois que c'est une histoire de communication. Parce qu'on a beau dire ce qu'on veut, Marine elle parle bien. Très bien même. Et elle sait communiquer. Un monsieur disait à la radio que, pendant la campagne, sur les plateaux télé, tous ses sergents étaient derrière elle et disaient la même chose qu'elle alors que les candidats d'autres partis entraient parfois en contradiction. L'autre jour j'entendais que, dans un village, seul les membres du FN venaient à la rencontre des gens et s'occupaient véritablement des problèmes. Ma camarade me disait que Marine Le Pen voulait faire un référendum pour chaque nouvelle loi, parce qu'elle est proche du peuple, elle, voyez-vous. Marine communique bien, elle sait utiliser les médias, et c'est en ça qu'elle est dangereuse. Parce que quand on est désespéré, que les partis traditionnels rament, ou que tu sais que, historiquement, voter Front National est "mal vu" et fera forcément parler, que les journalistes se demandent à longueur de journée si les gens sont assez en colère pour voter FN, si le FN arrivera premier, tu votes FN, parce que tu te dis "je suis en colère, voter FN c'est le seul moyen de leur faire comprendre, à ces technocrates".

J'ai une autre camarade qui, un jour, s'est complètement emportée. Elle a deux frères et soeur, je crois, et son père est handicapé et apparemment il ne touche pas d'allocation et sa mère gagne le SMIC, sa grand-mère a commencé à travailler à seize ans et ne gagne presque rien, alors quand elle entend que des immigrés sans papiers gagnent plus qu'elle en allocation ça l'énerve. Du coup elle est pro-FN du moins sur une partie du programme. Et vous savez quoi ? Je comprends. Vue sa situation, vue ce qu'on nous répète à longueur de journée, et vue que Marine Le Pen parle bien, oui, je comprends.

Un jour j'ai lu qu'on croyait les choses soit parce qu'on avait peur que ça soit vrai soit parce qu'on avait envie que ça soit vrai. Et quelque part je crois qu'il y a des personnes tellement désespérées qu'elles ont envie que ce que dit Marine Le Pen soit vrai. Alors elles votent. Et puis après tout ils n'ont jamais été au pouvoir, alors comment savoir s'ils vont échouer à gérer un pays ? C'est ce que m'a demandé ma camarade pro-FN. Eh bien parce qu'ils ont déjà géré des villes. Et qu'apparemment ça a foiré. Mais je crois que les gens votent parce qu'ils ont envie de croire que Marine dit la vérité. Parce que ça donne un peu de l'espoir, quand même.

J'ai dis à ma camarade que les extrêmes n'étaient jamais bon, qu'on l'avait vu dans l'Histoire avec Hitler, Staline, Mao, Castro... Ou même maintenant avec la Corée du Nord. Elle m'a dit qu'on était au XXIème siècle. Oui, et c'est parce que nous sommes dans le merveilleux et très civilisé XXIème siècle qui a appris du passé qu'il y a encore des guerres, des conflits inter religieux, que les femmes, entre autres, sont encore opprimées, et qu'Israël construit un mur (je ne suis pas spécialement pro-Palestine mais le fait est qu'Israël construit un mur) ? Il a bon dos le XXIème siècle ! (Il y en a tellement à dire que ça mériterait un article).

Pendant notre enfance on nous apprend à mettre de l'eau dans notre vin, on nous charrie à coup de "c'est tout noir ou tout blanc avec toi !", et, en philosophie et ailleurs, on nous apprend à nuancer nos propos. J'ai appris, et j'apprends encore, à mettre de l'eau dans mon vin, à nuancer mes pensées, et c'est pour ça que je n'aime pas les extrêmes, qu'ils soient de droite ou de gauche. D'ailleurs la camarade qui distribuait des tracts ce matin s'est foutue de ma gueule : t'es pas extrême alors on arrête le nucléaire mais juste un petit peu. Ce qui est, je crois, complètement stupide étant donné qu'on peut avoir des idées tout en étant pas à l'extrême de l'idéologie. Bref.

Une autre camarade a dit "faut arrêter avec le FN, c'est un parti comme un autre". Et un autre camarade a dit "le problème c'est qu'ils nous laissent pas nous exprimer". Oui c'est un parti comme un autre... objectivement. Mais un pays a une Histoire. Et dans la nôtre il y a la marque de la Seconde Guerre Mondiale, il y a l'idéal de la tolérance. Alors non, le parti du Front National n'est pas un parti comme un autre parce que l'Histoire de notre pays ne nous permet pas de le dire. Cela dit je suis d'accord avec mon autre camarade. A peine les résultats étaient tombés qu'on stigmatisait déjà ceux qui avaient voté FN, à essayer de comprendre le pourquoi du comment entre politiques et journalistes, entre experts, sans presque faire appel aux premiers concernés : les votants. C'est vrai, on ne nous laisse pas nous exprimer. Pourquoi ? Précisément parce que, étant donnée l'Histoire de notre pays, le FN n'est pas un parti comme un autre et que donc si le peuple le choisi c'est qu'il y a un soucis quelque part.

Je crois que si les gens choisissent le Front National, si les jeunes comme ma camarade choisissent le Front National, c'est pour plusieurs raisons : un peu les médias qui en ont fait, pour certain, le seul enjeu des élections (c'est ce que disait un monsieur à la radio) et puis parce que les médias sont un peu fautifs dans à peu près tout de toute façon, un peu à cause du ras-le-bol des partis traditionnels qui ne parviennent pas à satisfaire les gens, un peu parce que, en temps de crise, on se tourne toujours vers les extrêmes à cause de la peur de ne pas survivre (en se faisant piquer son poste, j'imagine), et un peu (beaucoup) parce que Marine Le Pen parle bien et donne l'impression d'être proche du peuple. Et parce qu'elle est un peu démagogue, quand même, parce que si dire qu'il y aura un référendum pour chaque loi ce n'est pas flatter le peuple et lui dire ce qu'il veut entendre moi je m'y connais pas xD

Voilà. J'ai essayé de ne pas stigmatiser les personnes qui votent Front National même si je ne pense pas de bien de ce pari et que je ne regarderai plus ma camarade de la même façon et de juste me demander pourquoi on en vient à voter pour ce parti. J'espère que j'ai réussi, sinon tant pis, je réessayerai dans trois ans quand Marine sera présidente (j'espère que ça ne restera qu'ironique). Si vous avez des ajouts, des précisions, des remarques, des objections, ne vous privez surtout pas ! Discutons dans la joie et la bonne humeur des gens civilisés du XXIème siècle ;) :P

Source photo

Rendez-vous sur Hellocoton !

dimanche 25 mai 2014

Etre normal(e)

Bonjour :)

Depuis quelque jours, quand j'actualise le fil d'articles Hellocoton, je tombe sur des articles écrits par une jeune demoiselle qui se dit "ado normale". Et aujourd'hui j'ai fini par me demander (je suis un peu longue à la détente) ce que c'était qu'être une "ado normale" et, a fortiori, que d'être "normal" tout court. Il me semble que j'avais déjà fait un article à ce sujet sur mon autre blog... mais tant pis.

C'est quoi être une ado normale ? C'est boire, fumer, vouloir un thigh-gap beaucoup trop grand, avoir une bande de pote unis pour la vie, une meilleure amie et un petit copain ? Peut-être qu'une fille de ma classe dirait oui d'ailleurs. Quand le professeur de droit lui a demandé, pour illustrer son exemple, si elle avait ou avait eu un petit copain elle a répondu "bah oui, quand même", merci pour moi xD Ou alors c'est avoir des problèmes existentiels, passer son temps à mettre des selfies sur Facebook et à blablater sur Twitter entre amis en pensant que c'est privé ? Je ne crois pas que ça soit ça, être une ado "normale". Je ne sais pas en fait ce que c'est que d'être une ado "normale". Je ne sais même pas ce que c'est que d'être normal tout court !

Je me souviens que pour des Jeux Olympiques, ceux de Pékin je crois, ma soeur avait dit alors qu'on regardait la natation synchronisée : "c'est marrant leur pince-nez ça leur fait un nez normal". Je lui ai répondu (déjà affûté d'esprit à ce moment-là xD) que la normalité c'est relatif. Pour des Chinois c'est normal d'avoir les yeux bridés, par exemple. Je lui ai dis : prends une planète où il n'y aurait que des homosexuels : ça ne serait pas considéré comme normal d'être hétérosexuel.

L'année dernière en français on a vu une phrase de Montaigne qui m'a marquée : "Chacun appelle barbarie ce qui n'est pas de son usage". Il me semble que c'est un peu pareil avec la normalité. La barbarie n'existe pas parce que chacun voit midi à sa porte, et la normalité n'existe pas parce que, selon le Larousse, c'est le fait d'être conforme à la norme et, selon Wikipédia, d'être conforme à l'habitude. Chaque peuple, chaque religion, chaque culture, a des habitudes, des normes, des usages, différents. Etre normal ça n'existe pas et chercher à être normal c'est dangereux, je trouve, dans une certaine mesure, et tellement dommage.

Ces Coréennes qui se débrident les yeux pour être aussi jolies que les Occidentales alors qu'elles sont déjà belles... voilà en fait en France ont trouve beaux les yeux bridés (en tout cas moi je trouve ça beau) et là-bas ce sont nos yeux à nous qui font rêver... à chercher à être "normal" on perd une forme de beauté qui n'a rien à envier à une autre et je trouve ça bête. La normalité n'existe pas, selon moi. C'est bizarre de dire "on ne peut pas rentrer dans des cases" et en même temps chercher la normalité. Peut-être que la normalité est vue comme rassurante par certaines personnes. Mais je ne crois pas que ça devrait. Ce n'est pas rassurant la normalité, au contraire même, je trouve.

Ce n'est pas rassurant parce que ça veut dire qu'on rentre tous dans des cases, et si on peut nous ranger dans un nombre défini de cases alors ça veut dire qu'on se ressemble tous. Comme les Asiatiques qui se font refaire le visage et qui se ressemblent toutes à la fin. Je crois qu'avec la perte d'un visage on perd une partie de l'identité. Eh bien c'est pareil : en cherchant à être normal, à rentrer à tous prix dans une case, on perd de l'identité.

Ça me fait penser à une discussion que j'avais entendu entre ma professeur de technologie en Troisième ou Quatrième et une de mes camarades de classe. Elle disait qu'une de ses élèves lui avait dit qu'elle était rejetée par son groupe d'amies parce qu'elles ne s'habillait pas comme elles : elle mettait des joggings et ce genre de choses. Alors pour être "normale" elle s'est habillée à la mode, comme ses "amies". Mais elle ne se sentait pas bien alors elle est revenue à ses joggings. Parce qu'en changeant de vêtements elle a perdu une part de son identité.

La normalité n'existe pas, et, si on préfère être plus mesuré, on peut dire que la normalité est relative en fonction du point de vue de qui on prend.

Voilà ^^' Qu'en pensez-vous ?

Source image

Rendez-vous sur Hellocoton !

vendredi 16 mai 2014

Pourquoi mettre des garçons en jupe ne marchera pas

Bonjour :)

J'avoue ne pas trop savoir comment commencer cet article. Disons que, quand j'ai allumé ma radio, je suis tombée sur un débat autour de la journée de la jupe et surtout de ce qui a été apparemment demandé aux lycéens et étudiants de Nantes à l'occasion de cette journée à savoir se mettre en jupe pour lutter contre l'inégalité et le sexisme. Et en fait je ne comprends même pas qu'on fasse un débat autour de ça, je trouve cette idée assez stupide en fait.

Quand une fille se met en jupe et se fait insulter ce n'est pas parce qu'elle s'est mise en jupe, c'est parce que la jupe est associée à la prostitution, à la femme provocante... ça révèle toute une image de la femme derrière mais la jupe en elle-même c'est juste un bout de tissu. Ce que je veux dire c'est que si les garçons se mettent en jupe ils n'auront pas les mêmes insultes qu'une femme peut avoir quand elle se met en jupe, ça n'enlèvera pas de la tête de ceux qui le pensent qu'une femme en jupe au-dessus du genoux est une "salope" et ça ne changera pas l'image qu'ils ont de la femme. Donc c'est inutile (et risible) d'après-moi. Et puis quel garçon va vouloir mettre une jupe sérieusement sans prendre ça comme les déguisements qu'on enfile pour fêter la fin de l'année dans les lycées ? On peut m'opposer qu'il y a le kilt. Oui, c'est vrai, il y a le kilt. Mais le kilt ne fait pas partie de notre culture et c'est un kilt, pas une jupe ; je doute qu'un Écossais accepte plus qu'un Français si vous lui demandez de se mettre en jupe.

Et en plus je pense que ça peut faire reculer la lutte contre le sexisme en plus de ne pas la faire avancer. Dans ma classe en Seconde il y avait deux ou trois garçons qui se moquaient de tout, je les imagine très bien se mettre en jupe et s'esclaffer "oh tiens t'es habillé en salope". Super. On avance bien comme ça. C'est à se demander si les personnes qui ont eu cette formidable idée connaissent les lycéens. Les jeunes sont facilement moqueurs, parfois se sont des blagues au second degrés et parfois elles sont au premier. Au lycée il y a encore du harcèlement scolaire. C'est pour ça que ça ne marchera pas. Même si on voit des photos de lycéens nantais avec des jupes : il y en a combien sur le nombre total d'élèves masculin ? Et sur ce chiffre il y en a combien qui font ça juste pour s'amuser gentiment, parce qu'ils trouvent ça sympa ?

L'année dernière on a eu dans le lycée une exposition avec des panneaux et des informations sur le sexisme un peu partout dans le monde, les chiffres, tout ça... je pense que ça a mieux marché que ne marchera jamais cette idée de mettre des garçons en jupe. Je crois qu'au lieu d'essayer de lancer des provocations pour attirer les médias et ouvrir des pseudo-débats nationaux on ferait mieux d'inciter les proviseurs ou les académies à prendre des initiatives sans attendre de l'aide de l'extérieur parce que finalement le sexisme c'est l'affaire de tout le monde. 

Parce que tant qu'on y est on peut imposer aux garçons de se mettre en jupe une fois par semaine. Sauf que les obligations n'ont jamais changé les mentalités : ce n'est pas parce qu'on interdit aux hommes d'aller voir des prostituées que certains n'en ont pas envie. Ce sont les mentalités qu'il faut changer je pense et pas la façon de s'habiller des garçons. Leur imposer (ou même leur proposer) la jupe c'est de l'énergie dépensée pour rien ; ça ne changera pas l'idée qu'ont ceux qui pensent que les femmes c'est de la merde, ni celle de ceux qui sont déjà convaincues que les femmes sont leurs égales.

Qu'en pensez-vous ?

Source photo

Rendez-vous sur Hellocoton !

jeudi 15 mai 2014

Les youtubeuses et les blogueuses travaillent

Bonjour ! :)

Hier j'étais devant ma télé à l'heure de 100% Mag sur M6 et à l'heure du reportage sur les youtubeuses beauté. Et vas-y que je t'en montre une qui pose aux gens des questions sur ses vidéos pour leur faire gagner des trucs, et vas-y que je te sors des estimations entre mille cinq cent et deux mille euros par mois sans compter les quelques centaines d'euros mensuels des marques, et vas-y que je t'annonce que la youtubeuse la plus populaire aux Etats-Unis gagne certainement quelques trente mille euros par mois et que je te dise que deux filles de onze ans (sans commentaires) ont presque deux mille abonnés en quatre mois et que je te vante les mérites, que je te sorte les mots "adulée" et "idole" avant "marques", "partenariat", et "argent".

M6 avait déjà diffusé un reportage sur les blogueuses où l'on apprenait que l'une d'elle avait un agent. Et le point commun que j'ai trouvé à ces deux reportages c'est qu'on vante les blogueuses/youtubeuses et qu'on sous-entend presque que ça a été facile. Combien de jeunes filles, après ce reportage, ont ouvert un blog mode ou beauté ? Et combien, à la suite du reportage d'aujourd'hui, ont ouvert une chaîne Youtube ? J'ai parié sur dix mais j'ai été franchement petite joueuse. Je ne blâme pas ces filles, je veux dire... c'est tentant quand même, se dire qu'on peut gagner deux mille euros par mois en ayant presque neuf cent mille abonnés et un nombre de vues par vidéos pointant à un million cinq. Ça marche aussi pour d'autres domaines que la beauté d'ailleurs ; combien de fois je me suis prise à imaginer avoir dix mille vues par mois ? Mais il faut redescendre sur Terre deux minutes.

Ce qu'on oublie c'est que la jeune youtubeuse du reportage (que je ne suis pas parce que je trouve qu'elle se la pète un peu) a commencé en Seconde et qu'elle est maintenant, d'après ma soeur, en première année de fac. Je suis allée regarder et elle a presque neuf cent mille abonnés. Si elle n'a pas redoublé ça fait quatre ans. Alors oui, neuf cent mille abonnés en quatre ans ça fait du deux cent vingt-cinq mille par an. C'est beaucoup. Mais plus on en a, plus on a de visibilité et plus on en gagne rapidement. Forcément. Bref. Il y a une autre youtubeuse que je suis et qui a presque quatre-vingt-dix mille abonnés et qui blogue depuis sept ans. Une autre qui est là depuis deux ans il me semble et qui vient de passer la barre des trois cent mille. Et il n'y a pas que les youtubeuses, ça marche aussi pour les blogueuses. Quand on va dans l'annuaire d'Hellocoton et que l'on voit que les "stars" ont cinq mille abonnés on se dit qu'on va ouvrir un blog et qu'il va nous arriver la même chose. Parce que ça à l'air facile. Mais depuis combien d'années bloguent-elles ? Dans le succès il y a la chance (chance pure, et puis celle d'être arrivée en premier, comme dans un wagon de métro : c'est devant qu'il y a toujours le plus de monde) et puis certainement un peu de talent et de capital sympathie. Mais aussi du travail.
Certaines en ont fait leur métier. Ça veut dire vingt-quatre heure sur vingt-quatre. Faire des vidéos, entre le moment où elles allument leur appareil et celui où elles postent la vidéo, peut leur prendre jusqu'à huit heures. Une journée de travail. Ça leur demande du temps et de l'énergie, pour faire les choses bien. Alors oui, elles ont du succès, mais combien d'heures ont-elles travaillé pour l'avoir, ce succès ? Ce que je veux dire c'est que ces reportages sur les blogueuses et youtubeuses ne reflètent pas la réalité ; on nous dit qu'il y a des jeunes femmes qui reçoivent des mails avec des propositions de partenariats, des paquets pleins de cadeaux (et ensuite certaines envoient des grilles tarifées détaillées, c'est effrayant), et des sous-sous (dans les librairies on voit même parfois les livres des blogueuses BD). Mais on ne nous dit pas combien de temps elles passent dans leur chambre, leur salon ou leur jardin, a parler à un appareil photo auquel elles montrent des produits.

Du coup, comme les reportages laissent dans l'ombre tout un pan du mur on se retrouve avec des jeunes femmes qui ouvrent leur chaîne tous les jours en décidant de tenter leur chance et puis, en voyant qu'un mois plus tard elles ne reçoivent ni cadeaux ni réponses des marques, sont déçues et s'étonnent. Parce qu'aujourd'hui c'est comme dans la comédie ou la chanson, c'est professionnel ; c'est difficile de percer parce que le public est exigeant, veut des images, un son, et des montages de qualité et que les marques ne s'intéressent qu'aux blogueuses/youtubeuses déjà installées. Elles pensent que c'est facile et sont surprises en découvrant que ce n'est pas le cas. Et c'est pareil avec les blogueuses.

Alala ces journalistes... ! Faut tout leur dire ! xD
(Heureusement que je veux devenir journaliste parce que ça pourrait être mal interprété).
Bref.

Voilà, c'est tout :) Qu'en pensez-vous ?


Rendez-vous sur Hellocoton !

mercredi 14 mai 2014

Contrôler ses rêves

Bonjour ! :)

L'idée de contrôler ses rêves peut faire rêver (hahaha) et apparemment c'est maintenant possible. On te branche des électrodes sur la tête et on t'électrocute (gentiment quand même, hein, le but n'étant pas de te tuer) pour que tu prennes consciences que tu rêves et que tu puisses changer l'histoire. A priori ça pourrait servir pour les personnes qui font des cauchemars à répétition ou qui sont traumatisés à cause d'un accident par exemple. Et en fait ça ne me tente pas vraiment. L'idée de base de contrôler ses rêves me laisse assez sceptique.

Le rêve c'est deux choses : premièrement le cerveau qui assimile les informations et deuxièmement c'est l'inconscient qui nous envoie des messages. Le cerveau a besoin du rêve, donc en changer le court je me demande si ça ne l'embêtera pas plus qu'autre chose et deuxièmement on n'aura pas la totalité du message de l'inconscient. Et même s'il faut peut-être essayer de ne pas donner une trop grande importance à cet inconscient il ne faut pas non plus lui en donner trop peu. Il existe, enfin moi je le crois, il enregistre certaines choses, nous en dit d'autres, et je crois qu'il faut le prendre en compte. Donc si on contrôle ses rêves on n'écoute pas l'inconscient, on ne prend pas en compte le message qu'il veut nous faire passer. Et puis le propre du sommeil c'est de se reposer et je me demande si en prenant conscience de nos rêves et en les contrôlant on se repose réellement ?

Contrôler ses rêves parce qu'on fait des cauchemars à répétition, je trouve que c'est se soigner "en surface" mais pas que ça enverra un message à notre esprit pour lui dire "maintenant t'arrête, je vais bien, je ne suis traumatisé de rien du tout". Ça revient un peu (un peu) à un certain déni, je trouve.

Il y a des personnes très compétentes qui ont fait des études et qui s'appellent des psychologues. Je vais peut-être dire une ânerie plus grosse que moi mais, quand on fait des cauchemars à répétition il faut peut-être réfléchir à la cause. Je me souviens d'une émission sur National Geographic qui parlait des léopards qui entrent dans les villes en Inde et qui causent parfois des morts côté humain. Des personnes s'étaient penchées sur le pourquoi du comment et avaient découverts que les félins ne venaient pas du tout s'attaquer aux enfants mais aux chiens, parce qu'ils y avaient beaucoup plus de chiens que d'habitude en ville. Du coup ils se sont demandé pourquoi et ont trouvé que ces chiens vivaient à l'endroit où les Indiens venaient mettre les cadavres des vaches mais aussi des humains qui souhaitaient se faire manger par les vautours. Ils étaient à cet endroit parce qu'il n'y avait plus de vautours et donc ils avaient de quoi manger, donc étaient en bonne santé, donc faisaient tout plein de bébés eux aussi en bonne santé. Il n'y avait plus de vautours parce qu'ils étaient malades. Là où je veux en venir c'est que, au lieu de cadenasser la ville pour empêcher les léopards d'entrer (parce que c'est un animal protéger donc les tuer c'est moyen quand même) ils ont cherché la raison de leur venue. Donc au lieu d'essayer de contrôler nos rêves et les cauchemars à répétition il serait peut-être plus mieux de chercher la cause pour laquelle l'on a des cauchemars. Et il me semble que c'est le rôle, en partie, des psychologues.

Et puis pourquoi vouloir toujours tout contrôler ? (dit celle qui écrit en partie pour contrôler quelque chose). Est-ce qu'on ne pourrait pas se laisser aller à nos rêves parfois un peu farfelus, bizarres, étranges, un peu effrayants, sans logique apparente...? Quand on est éveillé on veut contrôler : contrôler nos amis (j'ai une camarade de classe qui supporte mal que son amie en ait d'autres, s'assoit à côté de quelqu'un d'autre qu'elle), contrôler l'image que l'on donne de nous en restant coller aux réseaux sociaux, garder le contrôle, tout le temps. On a la chance d'avoir un moment pour lâcher prise, le moment du rêve, et on voudrait pouvoir contrôler aussi ce moment-là ? Je trouve ça un petit peu bête, quand même.

Voilà... qu'en pensez-vous ?

Source photo

Rendez-vous sur Hellocoton !

samedi 10 mai 2014

Tous un peu raciste ?

Bonjour ! :)

Je suis allée voir Qu'est-ce qu'on a fait au bon dieu cette après-midi et, comme beaucoup de spectateurs donc ça ne sera pas une surprise, j'ai adoré. C'est drôle (pour une comédie vaut mieux quand même) et c'est intelligent. Et quelques minutes après être sortie j'ai repensé à une critique que j'ai entendu il y a quelques jours quand je suis tombée par hasard sur le Before de Canal+ : "les gens aiment se moquer" disait un jeune homme qui ne voyait pas pourquoi on pouvait faire un film sur le fait qu'une femme Banche épouse un Noir. Mais on ne se moque pas du Noir, on ne se moque pas du musulman, ni du Chinois, ni du juif : on se moque des parents et de leur comportement, surtout. Ce sont leurs expressions qui sont drôles, leurs réflexions... Et ce n'est pas de la moquerie méchante, on ne va pas voir le film parce qu'on prend plaisir à se moquer de l'autre, on va voir le film parce qu'il est bien foutu et intelligent, ça fait rire parce que, justement, on n'est pas raciste et qu'on se moque des parents et des clichés. Je pense que le raciste qui va voir ce film ne rit pas, ou peu, il opine à tout ce qui est dit (attention, je ne dis pas que tous ceux qui ne rient pas son racistes, je dis que je pense que les racistes ne rient pas). Bref.

A un moment dans le film l'un des personnages dit qu'au fond "on est tous un peu raciste" et, à la sortie, l'une des amies avec qui je suis allée le voir dit que ses parents auraient réagit pareil si elle avait eu un petit copain "différent". Ça m'a fait penser à autre chose : mes parents. Mes parents arrêtent pas de dire "Maries-toi avec qui tu veux mais pas un Arabe". Pourquoi ? Parce qu'ils sont focus, ils mentent, parce qu'ils font soit disant le ramadan pour ne pas venir travailler... Et si je leur dit qu'en Seconde j'avais une fille d'origine Arabe dans ma classe et qu'elle était pas comme ça ils me répondent que c'est parce que les femmes ne sont pas pareilles... Et puis les Noirs, généralement, ils comprennent pas les maths (pas de chance, j'avais un Noir dans ma classe en Seconde il avait dix-huit de moyenne), c'est parce que leur cerveau est fait de telle sorte que... ce que ça m'agace d'entendre des conneries comme ça. Et pourtant je suis sûre qu'ils riraient en allant voir le film, parce qu'ils ne sont pas racistes vous comprenez (ce sont justes des faits comme dire "il est roux"). M'enfin un peu sur les bords quand même.

"On est tous un peu raciste" je crois que c'est un peu vrai. Plusieurs fois face à une situation je me suis fait des réflexions pas très très correctes, automatiques, comme un réflexe, avant de me reprendre et de me raisonner. Automatiques parce que nous sommes nourris de clichés, d'a priori, de l'héritage d'une culture ou de l'Histoire. Et j'ai beau me raisonner à chaque fois, me dire que je dis n'importe quoi, que j'abuse, ne sincèrement pas être d'accord avec ma réflexion automatique, j'en ai presque à chaque fois face à telle ou telle situation. En fait je crois qu'on a tous plus ou moins des automatismes (en tout cas ça me rassurerait que ça soit le cas xD) et c'est en ne les combattant pas qu'on devient réellement raciste, en se disant "ça c'est vrai, c'est la science". D'ailleurs dans le film ils en traitent : un personnage mélange de l'eau et de l'huile, preuve qu'on ne peut pas se mélanger, mais un autre personnage lui oppose que le café et le lait ça se mélange. Alors je ne prétends pas que c'est facile de ne pas se laisser bouffer par les clichés, mais déjà si on commençait à se poser des questions ? Quand ma soeur sort "ça fait pédé" elle ne se pose pas de questions, elle ne se demande pas si cette phrase peu choquer les gens en général ou blesser les homosexuels. Quand une amie sort "c'est du gâchis que tu sois gay" elle ne se pose pas de questions. Pourtant c'est en se posant des questions qu'on trouve des réponses et qu'on peut arrêter de dire des âneries plus grosses que nous.

Et dans le film au début le musulman, le juif, et le Chinois ils ne s'aiment pas beaucoup, ils s'insultent, donc ils sont tous un peu racistes envers quelqu'un, ils ressortent de vieux clichés. Le film ne traite pas juste le racisme Blancs contre Noirs ; il traite un peu tous les racismes, et c'est en ça, aussi, qu'il est intelligent. A la fin du film on se pose des questions, on pense au film, et pas à ce qu'on va manger ce soir ou à l'endroit où on a garé la voiture. En tout cas c'est mon cas (en même temps je n'ai pas de voiture xD). Donc j'encourage toutes les personnes qui ne l'on pas vu à aller le voir, vraiment :)

Source image

Rendez-vous sur Hellocoton !

dimanche 4 mai 2014

Je ne suis pas fière

Bonjour :)

Hier j'ai reçu un mail, un mail de mon ancien éditeur qui m'envoyait, à ce que j'ai compris, le montant de ce que j'ai gagné avec mes nouvelles. Le problème c'est que moi et les autres jeunes femmes qui ont participé à ce recueil on a eu quelques... problèmes avec cet éditeur et certaines d'entre elles ont même envoyé des mises en demeure pour récupérer les droits de leurs textes. J'aurai dû le faire aussi, j'ai écrit une mise en demeure, je l'ai imprimé, je l'ai posée sur le meuble à l'entrée pour que mon père l'envoi, il ne l'a jamais fait, a oublié, moi aussi, et la dernière fois que je l'ai revu, quand j'ai rangé ma chambre, elle était chiffonnée sur mon bureau. Quand j'y repense je me dis que je devrais l'envoyer mais je me dis aussi que maintenant il doit y avoir prescription alors je laisse tomber en me disant que ça sera le plus gros regret de toute ma vie : de ne pas avoir agi vite. Et ces nouvelles, à par l'une d'elles (et encore), je n'en suis pas vraiment contente.

Le fait est que je ne suis pas fière. Je ne suis pas fière que mes textes m'aient rapporté de l'argent alors que paradoxalement tout ce que je souhaite c'est de boucler un roman et qu'un éditeur l'accepte, ce qui implique fatalement de gagner de l'argent. En fait je ne suis pas vraiment fière de ces textes, ils ne sont même plus dans mon ordi ; il faut que je remonte dans mes mails pour les retrouver. Et je ne suis pas fière non plus du parcours. Je veux dire... je ne vais pas m'étendre ici et aller dans les détails parce que ça pourrait être considéré comme de la diffamation mais disons que cet éditeur n'a pas eu un comportement correct envers certaines des autres auteurs et envers l'illustratrice qui devait faire les couvertures. Entre autres il ne m'a, moi et quelques autres, jamais recontacté pour faire la correction des textes, il les a faite tout seul ou avec son assistante, et il a même rajouté une phrase à la fin de la nouvelle d'une auteur sans lui demander son avis. Et il me semble que normalement on n'a pas le droit de modifier une "oeuvre" sans l'accord de l'auteur, je crois que ça fait partie des choses que j'avais mise dans ma mise en demeure jamais envoyée. Enfin bref.

Je me dis que ça fait un peu ingrate et que ce n'est pas vraiment normal de ne pas être fière d'un travail que l'on a accompli mais en fait je crois que... je crois que je n'ai pas l'impression d'avoir accompli quelque chose. Je n'ai jamais reçu les recueils, je ne les ai jamais eu dans les mains, ça fait aussi partie des soucis. Je n'étais pas là lors d'un festival (bon, ça c'était un peu ma faute, peur de l'inconnu, tout ça, mais apparemment l'expérience n'a pas vraiment plu aux autres), les livres je ne les ai jamais vu, que ça soit ceux dans lesquels j'ai une nouvelle ou ceux des autres. Bref. Je n'ai pas l'impression d'avoir accompli quelque chose, j'ai envoyé des nouvelles premier jet dont je n'ai jamais vu la correction, dont je n'ai jamais vu les mots sur papier, donc je ne suis pas fière, et à la limite j'ai presque l'impression de ne pas avoir mérité cet argent (même si en plus j'ai pas compris le tableau, donc je ne sais pas combien j'ai gagné xD). J'ai envoyé des nouvelles et hop un an plus tard (à peu près) j'ai de l'argent. Un peu comme quand on envoie des bijoux en or par la poste à une société, comme par magie. Bon, une magie longue à opérer et un peu défectueuse (d'autres filles ont reçu le même mail et ont remarqué qu'apparemment il manque un certain nombre de livres vendus, ceux du festival).

Je devrais être contente pourtant, dans le sens où ça me donne une raison de voir le bon côté des choses et de me dire que d'un côté j'ai bien fait de ne pas envoyer la mise en demeure (qui, de toute façon, comme celle d'une autre auteur, aurait été contesté (alors que le délai de réponse était dépassée, donc elle est dans son droit, enfin bref)). Mais en fait même pas. Ça remue juste la merde, ça me rappelle juste que je n'aurai pas dû envoyer ces nouvelles, qu'à partir du mail d'une seule fille plein de révélations sont remontées à la surface, ça m'apporte juste des regrets de ne pas m'être bougé le cul pour envoyer plus vite la mise en demeure... La somme pourrait être de cent mille euros que je me demanderais encore si j'ai le droit de le dépenser, si c'est juste...

Enfin bref. Je ne suis pas fière. Tout ça pour dire ça.

Source photo

Rendez-vous sur Hellocoton !