mardi 29 avril 2014

De l'impossibilité d'oublier son ego

Bonjour ! :)

J'ai entendu une chanson d'un monsieur que je n'ai pas reconnu et dont je n'ai pas entendu le nom, dedans, dans le refrain, il disait "oublier son ego" comme une espèce de règle à suivre, comme quand on te dit "casser des œufs" dans une recette de cuisine. J'ai trouvé ça bête. Mais j'ai quand même voulu m'assurer du sens de ego, parce que je n'étais pas sûre de l'avoir bien. Wikipédia dit ça : ego est un substantif tiré du pronom personnel grec (« je/moi »). Il désigne généralement la représentation et la conscience que l'on a de soi-même. Il est tantôt considéré comme le fondement de la personnalité (notamment en psychologie) ou comme une entrave à notre développement personnel (notamment en spiritualité).

"Oublier son ego" c'est impossible déjà au niveau des mots en eux-mêmes (merci la philo qui m'a appris à m'arrêter sur les mots). Parce que dire "oublier son ego" comme une règle à suivre ça revient à dire "oublier volontairement" ce qui est un oxymore parce qu'on ne peut pas oublier volontairement. Tu n'oublies pas volontairement ton chien au bord de la route : tu l'abandonnes. Oublier volontairement c'est soit abandonner soit laisser, donc le contraire d'oublier, donc tu ne peux pas oublier volontairement donc tu ne peux pas dire "oublier son ego" comme une règle à suivre parce que personne ne pourra suivre cette règle.

Ensuite le mot "ego". Fondement de la personnalité, qu'il dit, Wikipédia. Sans ego tu n'es personne, sans ego tu n'ouvres pas de blog parce que tu ne pense pas que ton avis vaille quelque chose, que ce que tu as à dire puisse intéresser quelqu'un, sans ego tu ne te lance pas dans l'écriture d'un roman parce que tu te dis que tu n'y arrivera jamais. Quand on dit de quelqu'un qu'il a "un ego surdimensionné" c'est qu'il se croit plus important qu'il ne l'est, donc sans ego tu ne te crois pas du tout important, donc tu n'es personne. Et je ne suis pas sûre que conseiller aux gens de n'être personne soit une très bonne idée.

Et puis c'est impossible d'oublier son ego parce que ça reviendrait à dire qu'il n'a jamais existé. Et au-delà du sens même d'oublier ; je pense que ce n'est pas humainement possible d'oublier son ego, de devenir une "coquille vide", de se détruire soi-même finalement parce qu'oublier son ego c'est faire comme s'il n'avait jamais existé, c'est s'oublier soi-même, et un peu se détruire parce que, quand on oublie un souvenir, il est détruit, on ne peut pas le retrouver, il n'existe plus. Je crois que personne ne peut se détruire soi-même, ce n'est pas humainement possible, encore une fois. Toute maison a des fondations, toute personnalité à un fondement et ce fondement c'est l'ego.

Par contre il est possible de mettre de côté son ego ou une partie de son ego dans certaines situations où c'est plus bénéfique pour nous. Bon, cela dit je n'ai pas d'exemple, donc si quelqu'un à une idée, je prends (oui, je demande à mes lecteurs et lectrices d'écrire mes articles à ma place, et alors ? :P). Mais au moins, une fois la situation passée, tu repars avec ton ego sous le bras et tu existes encore en temps que personne. Mettre de côté son ego c'est toujours mieux que de l'abandonner (non, je ne dirais pas "oublier volontairement").

Voilà. Pour moi on ne peut pas "oublier son ego" ; le mot oublier pose lui-même problème, abandonner son ego revient à se "détruire" et à n'être personne et moi je crois que ce n'est pas humainement possible de se détruire soi-même volontairement, de se "tuer psychologiquement", parce qu'on est tous quelqu'un. Alors le chanteur je ne sais pas qui c'est mais si je lui mets la main dessus il va passer un sale quart d'heure ! xD

Rendez-vous sur Hellocoton !

vendredi 25 avril 2014

Indifférence

Bonjour :)

J'ai appris (et j'aurai préféré, soyons honnêtes, ne rien savoir) qu'une jeune madame a été agressée sexuellement dans le métro. Pendant trente minutes dans l'indifférence d'un métro bondé. Et apparemment, sur les vidéos des caméras de surveillance (pas de chance, les gars) on voit clairement les gens se détourner, éviter la scène alors que la jeune madame se fait toucher les seins, les fesses, se fait agresser verbalement et physiquement, menacer...

Moi je veux bien qu'on me rétorque que je suis trop pessimiste quand je dis, en gros, que je ne crois pas vraiment dans le genre humain. Comme quand j'ai appris qu'on avait trouvé une planète semblable à la Terre et que j'ai dis qu'avant d'aller polluer un autre caillou on ferait mieux de sauver le nôtre d'abord, que oui, on pourrait toujours créer des règles, faire venir peu de gens, mais que pour foutre le feu à une forêt il suffit d'un seul mégot. Bref. Mais quand j'entends qu'une madame s'est faite agresser et que personne n'a rien fait je me dis que je n'ai pas encore franchi la limite entre réalisme et pessimisme.

Il va falloir qu'on m'explique comment est-ce qu'on peut laisser une personne se faire attaquer, menacer, sans rien faire. Par peur de se prendre un coup ? A ce moment-là, si t'as peur de te prendre un coup, tu ne traverse plus la rue, puis même avant ça tu ne descends pas les escaliers de chez toi parce que tu peux tomber et te faire mal, t'ouvrir le crâne ou même mourir. Et puis tu ne prends pas l'avion, tu pourrais avoir un accident. De toute façon pour aller à l'aéroport à pied je te souhaite bon courage ; la voiture aussi c'est dangereux, tu peux en mourir ou en tout cas te faire très mal. Et qu'on ne me dise pas que ce n'est pas du tout pareil. Bien sûr que si c'est pareil ; tu vas en avant du danger. Sauver une personne qui se fait agresser c'est aller en avant du danger et prendre sa voiture c'est aller en avant du danger parce que, si, une voiture, c'est dangereux. Mais un couteau aussi c'est dangereux, alors ne cuisine pas, et puis n'utilise pas non plus ton four pour décongeler des choses : tu pourrais te brûler. Je vais volontairement dans l'extrême parce que tout est dangereux si on y réfléchit.

Alors pourquoi ? Par timidité ? Par absence de réel courage ? Mais le sens moral dans tout ça ? (ça y est, je fais de la philo, sauvez-moi). On vit en communauté, dans une communauté on se soutient. Comme les éléphants. Y'a quelques années j'avais vu un documentaire où tous les éléphants d'un groupe aidaient un bébé à sortir de la boue. Je n'ai pas retrouvé cette vidéo qui doit être un peu vieille mais j'en ai une autre. La mère sort seule son éléphanteau, mais les autres éléphants sont autour et au début ils tendent la trompe pour aider la mère. Et en cherchant j'ai trouvé une autre vidéo où le petit est sauvé de la noyade par plusieurs adultes de sa famille. Est-ce que c'est moral, éthique, de rester indifférent face à une personne en danger ? Je ne pense pas...



Je ne comprends pas comment on peut voir une personne se faire agresser, ne pas parvenir à se débarrasser seule du gars, et ne rien faire, continuer ses petites affaires, et rester indifférent, comme si c'était normal. A ce moment-là fallait le dire plus tôt, ça aurait épargné du stress à pas mal de gens qui essayent de trouver un scénario crédible pour maquiller un meurtre en suicide ou en accident. S'ils pouvaient tuer ou violer en pleine rue c'était bien la peine d'aller dans un coin paumé au fin fond d'une forêt boueuse en plein mois de Novembre. Le pire c'est que j'exagère à peine, je pense. Parce que si des gens sont capables de ne rien faire quand quelqu'un se fait agresser ils ne vont rien faire non plus quand une autre aura un couteau sur la gorge. On peut toujours dire que ce n'est pas pareil, que là il y a danger de mort... mais la fille de Lille aussi elle pouvait mourir. Perdre son sang froid, avoir un accès de rage inconsidéré c'est possible. Le mec il aurait pût la battre à mort ou au moins l'envoyer à l'hôpital.

Cette affaire j'en ai entendu parler à la radio, sur RTL (oui, j'ai trahi Europe1 :P), et Marc-Olivier Fogiel qui présentait a dit "voici donc une histoire qui illustre bien l'individualisme de nos sociétés modernes". Et finalement c'est vrai, on est dans le chacun pour soi poussé à l'extrême. C'est peut-être le moment de se remettre en questions ; de remettre en question notre empressement à aller d'un point A à un point B dans l'indifférence la plus totale de ce qui se passe autour de nous, le moment de remettre en question notre acceptation à sacrifier une personne en danger, à ne pas l'aider, pour préserver notre intégrité physique, le moment de remettre en question la petite voix qui nous souffle que si on ignore une chose elle n'existe pas. C'est peut-être le moment de se poser des questions. Comme qu'est-ce qui nous pousse à agir comme ça ? 


Rendez-vous sur Hellocoton !

lundi 21 avril 2014

La télé c'est truqué (qui l'aurait cru)

Bonjour :)

Ça arrive assez régulièrement, je trouve, que des candidats d'émissions se retournent contre la production desdites émissions en disant que c'est plus ou moins truqué. Le dernier en date : Spleen de The Voice. Honnêtement je l'aimais beaucoup et j'étais déçue qu'il ne soit pas pris. Ce matin j'ai entendu qu'il balançait un peu sur la production, comme quoi certains candidats étaient plus mis en avant, que les jurés ne choisissaient pas les meilleurs mais ceux qui étaient le plus populaires, ceux qui vendraient certainement le plus de disques... J'avoue que je n'ai pas trop réagi : c'est le genre de critiques habituelles d'anciens candidats, on ne va pas se mentir. Et puis j'y ai repensé et je me suis demandé à quoi il pensait le gars.

Je veux dire... bien sûr que c'est truqué, que même quand le public choisi ceux qui vont à l'étape du dessus, quand les coachs doivent trancher ils ont les mains liés par la production. Ils sont payés par elle, ils ne font pas ce qu'ils veulent, ils font ce qui l'arrange elle. C'est de la télé, la télé est gérée en partie par des producteurs dont le but est de faire des sous-sous alors bien sûr quand ils peuvent ils choisissent les candidats qui les arrangent et même quand c'est nous qui choisissons ce n'est pas vraiment nous, on est parfois à moitié manipulé par les chaînes qui choisissent de mettre tel ou tel candidat en avant pour qu'inconsciemment on s'attache plus à lui qu'aux autres et qu'on vote pour lui.

Je me souviens d'un canular que Rémi Gaillard je crois à fait à TF1 pour Confessions Intimes ou un truc du genre sur un reportage que la chaîne a diffusé sur un de ses fans. Il a révélé ça sur Youtube et disait que les scènes avaient été tournées plusieurs fois. Mais qui crois sérieusement que Confessions Intimes ce n'est pas truqué ? Joué ? Personne. Qui croit que The Voice, Nouvelle Star et compagnie ce n'est pas truqué ? Personne. J'ai une amie qui a été refusé au pré-casting de la Nouvelle Star, pourtant à défaut de chanter bien (dans le sens où sa voix n'est pas exceptionnelle), elle chante juste. Et à côté de ça ils te passent à l'antenne des gars qui chantent comme des casseroles pour que tu te moques d'eux et regarde l'émission la semaine qui suit. Et non ce n'est pas dégueulasse, c'est de la télé. The Voice dit qu'il n'y a pas d'a priori sur le physique puisque ce sont des auditions à l'aveugle. Mais les sélections pour ces auditions ? Quand j'ai regardé ces fameuses auditions à l'aveugle je n'ai vu aucun candidats qui n'était pas télégéniques et qui aurait pût se faire refuser sur une autre chaîne à cause de son physique. Et non ce n'est pas de la publicité mensongère, c'est de la télé.

A la fin des auditions à l'aveugle, dans les dernières émissions, on avait l'impression que Florent Pagny n'aurait jamais quatorze candidats puisqu'il était à la traîne. Pourtant il a dit qu'après la première journée de tournage il en avant déjà cinq et que c'était même lui qui en avait le plus. Ca s'appelle la magie du montage. Alors quand Spleen "balance" sur la production je ne suis pas surprise de ce qu'il dit (et puis question buzz et visibilité c'est un coup pas trop mal joué). Bien sûr que c'est la production qui choisie, elle en a le pouvoir. Est-ce qu'il pensait réellement que tout était tout rose de l'autre côté de l'écran, tout comme la production le fait croire ? Si oui il va falloir qu'il redescende de son arc-en-ciel recouvert d'herbe bleue broutée par des licornes et entouré de nuages en barbe à papa. Qui croit sérieusement que c'est celui avec la meilleure voix qui va gagner ? Il y avait une candidate qui chantait du fado, elle s'appelait Claudia, elle avait une voix absolument géniale, et pourtant elle n'est plus dans l'émission. A côté de ça les Frero Delavega sont encore là alors que leur genre de voix on l'a déjà entendu (moi ça me fait un peu penser à Mickaël Miro) et que ce n'est franchement pas extraordinaire.

Alors non, même si je passe pour la pessimiste de service, ce que dit Spleen ne m'étonne pas, parce que The Voice avant d'être un découvreur de talent ou je ne sais pas trop quoi c'est de la télé. Et la télé c'est truqué. Ça joue sur les sentiments des spectateurs tout en faisant tout pour gagner de l'argent. Alors non, ce que dit Spleen ne me surprend pas, ce qui me surprend en revanche c'est qu'il se dise surpris.

Source photo

Rendez-vous sur Hellocoton !

mercredi 16 avril 2014

Échec

Bonjour :)

Quand on est confronté à un échec on veut baisser les bras. Une amie a eu les résultats du premier des deux concours d'infirmière qu'elle a passé : elle n'est pas prise. Elle m'a dit qu'elle était sûre de ne pas passer à l'autre parce qu'il est "plus difficile" et qu'elle n'a presque pas écrit et que... Je ne peux pas la pousser à être optimiste, parce que moi je savais que je serai refusée à la licence d'Histoire option journalisme à Lille, parce que sur trois matières de l'option deux concernent l'anglais et que je suis vraiment mauvaise en anglais. Mais je crois qu'il ne faut pas se laisser abattre. Jamais. Parce qu'elle peut faire une prépa et repasser les concours. Et moi je peux re-postuler l'année prochaine et s'ils veulent pas de moi je trouverai une solution, parce qu'il y a des tas de moyens d'arriver au journalisme.

La seule fois où je me souviens avoir abandonné face à un échec c'était en math, en Seconde. J'ai fini (et commencé) l'année avec six de moyenne. J'ai laissé tomber. Je ne comprenais pas, point. Même en anglais je n'ai pas abonné, c'est vous dire si je suis tenace ! J'ai une autre amie qui a raté son bac blanc en philosophie, français, et Histoire, et j'ai l'impression qu'elle est certaine qu'elle n'aura pas son bac. Exactement ce qu'il ne faut pas faire.

C'est peut-être bête, mais quand je suis face à un échec je me dis que ce n'est pas grave. Ce n'est pas grave si j'ai eu cinq au bac blanc de philosophie parce que je sais que je suis capable d'avoir onze puisque c'est la note que j'ai eu au contrôle précédent et que l'étudiante en philosophie qui nous fait du soutien a pris ma copie et va m'expliquer tout ce qui ne va pas pour que j'y pense en passant le contrôle de vendredi et que je réussisse. Quand on est face à un échec on veut laisser tomber, baisser les bras, parce que c'est facile. Je le sais : je l'ai fait. C'était facile de laisser filer entre mes doigts les cours de maths, de dessiner ou de compter les métros qui passaient dans la rue. Plus facile que d'essayer de comprendre (j'ai quand même une circonstance atténuante : mon prof). Mais en fait, quand on y pense, c'est aussi facile de se dire que ce n'est pas grave. Non ce n'est pas grave si je n'ai pas réussi mon bac blanc de philosophie parce que je vais me faire la main sur le prochain contrôle et j'aurai une bonne note et cette bonne note je l'obtiendrai de nouveau au bac. Ce n'est pas grave que l'école de journalisme ne m'ait pas prise, il y a d'autres moyens d'être journaliste et tant pis pour eux s'ils ne veulent pas de moi ; je trouverai ailleurs.

C'est facile d'abandonner face à un échec mais c'est aussi facile de décider de le surmonter. Ce qui est fait est fait, mon amie ne peut pas changer ses résultats au concours d'infirmière, mon autre amie ne peut pas changer ses notes aux bacs blancs, et moi non plus, mais on peut décider d'influencer le futur (oui, nous sommes tellement parfaites et fabuleuses que je prétends que nous allons influencer le futur) (et peut-être même l'Univers) (au moins). Plus sérieusement ça me fait penser à une série que je regardais quand j'étais au collège ou un peu avant. Ça s'appelait Phil du Futur. Je me souviens d'un épisode où les deux héros arrêtaient pas de réviser comme des malades pour un contrôle. Finalement ils ont demandé leur futur à une machine qui leur a dit qu'ils réussiraient. Du coup ils ont complètement arrêté les révisions et loupés leur contrôle : ils ont influencé le futur : la machine voulait dire que, dans leur "schéma" actuel ils allaient réussir leur contrôle, mais comme ils ont changé "l'équation" en cessant de travailler ils ont influencé le futur par leur choix, en quelque sorte. Donc nous on peut soit décider d'abandonner, se dire qu'on y arrivera jamais, comme si une machine nous avait dit que ça sera le cas, ou on peut décider d'influencer le futur et travailler pour parvenir à ce qu'on veut.

Parce qu'un échec ce n'est pas grave, ça ouvre autre chose : j'ai loupé les maths, j'ai changé de lycée et rencontré des gens super, une filière dont j'aime les matières, et un lycée dans lequel je me sens bien. Tout ça parce que j'avais six de moyenne en maths (et aussi parce que j'ai abandonné mais si je le dis ça fous en l'air tout mon raisonnement donc on va le passer sous silence si ça ne vous dérange pas).

Source image : je ne sais absolument pas, elle traîne dans mon ordinateur depuis plusieurs mois.

Rendez-vous sur Hellocoton !

samedi 12 avril 2014

Tous les connaître

Bonjour :)

Je vais sur Facebook environ une fois par jour pour vérifier si quelqu'un m'a envoyé un message ou en a posté un sur la page de la classe. Et c'est tout. Et puis l'autre jour j'ai supprimé deux amies et hier trois ou quatre. On ne se parlait plus, on n'était plus amies depuis longtemps enfin si on l'avait vraiment été un jour... et j'ai été frappé par quelque chose. Leur nombre d'amis. Et là c'est le moment où tu te fends la poire comme une baleine sous gaz hilarant parce que je pense que ce sont plutôt eux qui doivent être frappés par mon nombre d'amis : j'en ai vingt-trois, eux en ont deux, trois, quatre, cinq cent.

On peut connaître cinq cent personnes, après tout si, en Terminale, tu as ajouté toutes les personnes de tes classes de collège et de lycée, quelques amis de tes amis, des gens que tu vois en activité extra-scolaire, et ta famille, tu dois bien arriver à plusieurs centaines. En fait je pense que dans "on peut connaître cinq cent personnes" ce ne sont pas les cinq cent personnes qui posent problème : c'est le mot "connaître". Ma soeur ajoute tout le temps, une fois qu'elle a dit à mes parents qu'elle en a cinq cent, qu'elle les connait tous, qu'ils étaient dans son collège ou sont dans son lycée. Le problème c'est que même au sein d'une famille on n'est pas sûr de connaître les personnes... Combien de fois la phrase "Je le connais, il ne pourrait jamais faire une chose pareille" a été dite ? On peut connaître deux cents ou trois cent personnes mais seulement "en surface", en leur disant "salut, ça va ?" au détour d'un couloir sans vraiment faire attention à la réponse, en "likant" quelques photos par-ci par-là. Mais est-ce qu'on les connaît vraiment ? ou est-ce qu'on les connaît comme on connait les célébrités qui défilent dans notre télévision ?

Moi je crois qu'on ne peut connaître une personne qu'en parlant véritablement avec elle, pour découvrir ses qualités mais aussi ses défauts, ses manières de réagir, de penser, les sujets qui la touche, ceux dont elle se fous un peu, le genre de personnes qu'elle aime et celles qu'elles n'aime pas. Parce que les amis de tes amis ne sont pas forcément tes amis. J'ai une amie dont la meilleure amie n'aime pas une autre de ses amies. (Ca fait trop d'amis en deux phrases tous ça). J'ai des amis dont je n'aime pas certains amis et que je n'ajouterai pas sur Facebook même s'ils me le demandent parce que je n'ai pas envie qu'ils voient ma vie (enfin vu le peu de statuts que je publie il n'y a pas trop de risques).

Je pense qu'on ne peut connaître une personne qu'en gardant le contact avec elle. Si je me promène dans la rue et que je vois quelqu'un qui était dans ma classe au collège je peux dire "oh ! je la connais !" dans le sens où on a un passé en commun, que je me rappelle de son visage, de son prénom, que j'ai quelques souvenirs. Mais souvent ça s'arrête là. Je ne la connais pas vraiment, je ne sais pas ce qu'elle aime, je ne sais pas ce qu'elle veut faire plus tard, je n'ai pas les dernières nouvelles, je ne lui parle pas, je me contente de la croiser dans la rue et je ne l'arrête même pas parce qu'on était pas amies et qu'on aurait rien à se dire. Donc je ne la connais pas.

Tu peux connaître cinq cent personnes "je le connais, il s'appelle Machin, il était au collège avec moi, c'est l'ami de Truc", mais tu ne peux pas les connaître vraiment, je pense. Parce qu'encore une fois même parfois les gens de ta famille tu ne les connais pas, tu ne sais pas ce qu'ils pensent, leurs convictions profonde, tu ne les comprends pas toujours et tu n'as pas la mesure de ce qu'ils sont capables de faire ou non. Du coup ça devient problématique parce que tu montres tes soirées arrosées à des gens qui sont presque autant des inconnus que ceux que tu croises dans la rue.

Pour conclure peut-être que quelqu'un pense à me dire que moi aussi je raconte ma vie à des inconnus, même si je ne le fais pas sur Facebook, parce que je parle de moi sur mon blog. Sauf que ce n'est pas vraiment la même chose et ça à "deux niveaux" comme dirait mon prof de philo. Le premier niveau c'est que le plus souvent je ne parle pas de moi, j'écris des articles à partir de phrases que j'entends ou de choses qui se passent, même s'il m'arrive de sortir des exemples de ma vie. Le deuxième niveau c'est que, comme beaucoup de blogueurs et blogueuses je suis anonyme sous pseudonymat. Donc si demain mon futur employeur lit un de mes articles avant de se remettre au travail en lisant une pile de CV et que le mien, de CV, est dans la fameuse pile il ne le saura pas. Alors que si tu ne fais pas attention à tes paramètres de confidentialité (et puis même sans ça, avec cinq cent amis et si tu as ouvert aux amis des amis tu parles d'une confidentialité, toi !) ton futur employeur peut tomber sur ta page Facebook, ou même te chercher, te trouver, et voir le compte rendu de tes soirées arrosées, toutes les photos avec des doigts d'honneur (si, j'en ai vu), et tes vidéos de neknomination (par bonheur je n'en ai pas encore dans mon fil d'actualité), et se dire que non, même si tu as un bon CV, il ne veut pas de toi. Donc non, un blog ce n'est pas vraiment comme un profil Facebook.

Voilà.
Non, je ne sais toujours pas conclure un article xD

Source photo

Rendez-vous sur Hellocoton !

vendredi 11 avril 2014

Est-ce que ça va ?

Bonjour :)

Je me connecte, trois commentaires en attente de modération, le premier : j'ai été taguée par Poupette. J'ai déjà été taguée trois fois (mais j'ai supprimée les articles, y'en avait trois, me demandez pas pourquoi, je sais pas (une amie me dit tout le temps que je suis bizarre, je crois qu'elle a raison finalement xD), peut-être pour remettre à zéro les onze révélations). D'habitude je ne fais plus trop les tags parce que ça a tellement tourné que c'est un peu toujours les mêmes questions mais bon... comme j'ai eu cinq en philo au bac blanc j'ai envie de légèreté. Normalement on est censé poser onze questions mais je ne vais pas le faire parce que je n'ai jamais assez d'idées. Voilà.

*

Est-ce que ça va ? (on n'y pense pas assez).
Oui.

Pourquoi avoir fait un blog ?
J'ai fait un blog parce que j'avais envie de dire ce que je pensais. Rien de moins original :)

Quel est ton rêve du moment ?
Devenir journaliste, c'est déjà pas si mal, puis le reste on verra après, hein.

Plutôt sucré ou salé ?
Sucré.

Imagines que tu te retrouves chez toi, que tu as fait tout ce que tu avais à faire, que tout est clean, que tu n'as plus rien à faire. Que fais-tu ?
Soit je joue sur mon téléphone soit j'avance l'intégral des Misérables que j'ai commencé cet été et que je n'ai toujours pas fini (je sais, pour une fille en L ça craint).

As-tu des phobies bizarres ?
Pas de phobies du tout.

Y a-t-il un mot imprononçable que tu es fière de prononcer correctement ?
Non.

Toc, toc toc ?
Qui es là ! :D

Plutôt fruit ou légume ?
Fruit.

Quelle est la musique que tu écoutes même si tu as honte de le faire ?
Je n'ai honte de rien (enfin pas jusqu'à présent).

Quelque chose à ajouter ?
Non à part que je suis désolée de mes répondre super courtes.

*

Voilà, j'ai fini. Même pour les tags je ne sais pas clore un article.
Et sinon j'ai des nouvelles pour le concours. Comme le site de la boutique ne sera pas prêt pour Avril il faut que je renvoie un mail début Mai. Mais il se fera bien, ce concours :)

Rendez-vous sur Hellocoton !

mardi 8 avril 2014

Du végétarisme

Bonjour :)

Sur Twitter j'ai vu un tweet (qui l'aurait cru !) en réaction a un article d'une jeune femme qui, végétarienne, faisait part de ses frustrations et disait qu'elle avait "replongé" dans la viande. Cet article était en Une humeur sur Hellocoton et j'avoue que, si je n'en avais pas entendu parler sur Twitter, je ne l'aurais pas lu de moi-même. Et je me suis incrustée dans la conversation. Apparemment dans les commentaires des personnes ont dit "bravo !", "tu as bien fais !", et autres, accompagnés de personnes qui se disaient végétariennes mais avouaient manger de la viande de temps en temps. Du coup on s'est dit qu'ils n'étaient pas vraiment végétariens, et on s'est demandé pourquoi ils le prétendaient.

Quand j'étais sur Skyrock je connaissais une jeune femme d'une vingtaine d'années je crois qui était vegan. C'est-à-dire qu'elle ne mangeait pas de viande mais pas non plus de miel, d'oeuf, de lait, et de tout ce qui venait des animaux. Elle a dû "redescendre" au stade du végétarisme à cause de problèmes de santés (pas liés directement à son régime mais à ses gênes il me semble). Bref. Elle avait des convictions, celles de ne pas faire souffrir inutilement les animaux, et j'imagine que si vous lui dites que vous êtes végétarien mais mangez de la viande "de temps en temps" elle vous explique gentiment ce qu'est le végétarisme. Et, je ne sais pas pourquoi mais, quand j'ai lu l'article, j'ai pensé à elle. Et à toutes les personnes qui sont réellement végétariennes parce que, ça va peut-être vous paraître bête, mais se dire végétarien et manger quand même de la viande, je trouve que c'est, d'une certaine manière, un manque de respect et de considération vis à vis des vrais végétariens. Après je sais que ma vision du respect est parfois excessive...

Pourquoi manger de la viande quand on se prétend végétarien ? Le végétarisme c'est justement ne pas manger de viande et, comme me l'a appris la jeune femme de Skyrock, est considéré comme viande tout morceau d'animal donc y compris la volaille et le poisson. Est-ce que c'est pour se donner bonne conscience ? Comme quand je mange un truc bien gras ou un paquet de bonbons et que j'enchaîne avec un smoothie ? Parce que quand tu as des convictions, qu'elles soient éthiques ou écologiques, en découlent un ou des principes que tu suis (logique, puisque ce sont des principes). Pour moi, quand tu te dis végétarien parce que c'est mieux pour la planète question utilisation de l'eau, ou parce qu'un animal ne doit pas souffrir pour te nourrir, tu ne remanges pas de la viande. Et, normalement, si tu as un bon régime, tu n'as pas de carences (notamment parce qu'il y a des protéines animales dans les œufs).

Ou alors est-ce un phénomène de mode ? On se prétend végétarien parce que ça fait bien, ça fait écolo et "je me préoccupe des animaux", parce que tous les autres amis l'on fait, pas mal de blogueuses aussi, et qu'il faut suivre les tendances ? Sauf que pour moi devenir végétarien ce n'est pas un choix que tu fais comme ça d'un claquement de doigt type tu te réveilles le matin et t'arrêtes la viande. Parce qu'il faut rééquilibrer les protéines, d'une part, et parce qu'il faut savoir pourquoi on le fait, il faut que ça corresponde à ce qu'on pense. C'est un peu comme prendre un chien sans s'être demandé si on allait avoir le temps de s'en occuper.

Si jamais des personnes se disant végétariennes mais mangeant de la viande me lisent et se sentent vexées ou indignées je m'excuse, mais je ne fais qu'exposer mon avis, et je ne pense pas le faire méchamment. En plus je ne suis pas végétarienne donc on ne peut pas vraiment m'accuser de faire la morale. Je ne m'interroge pas sur le bien fondé du végétarisme mais sur les convictions de certaines personnes qui se disent végétariennes mais mangent de la viande. Encore une fois je trouve que c'est un manque de respect vis à vis des vrais végétariens. Et c'est peut-être con ce que je vais dire mais il y a des gens qui lisent les blogs, ces gens vont lire l'article, les commentaires, se dire qu'ils vont devenir végétarien puisqu'on peut manger de la viande de temps en temps. Or ce n'est pas le cas. Je me souviens quand j'étais sur Skyrock et que je discutais avec la jeune femme dont je vous ai déjà parlé : j'avais à peu près douze ans et j'étais bête. J'avais dis que je deviendrai végétarienne et que je mangerai de la viande qu'à Noël. Elle m'a répondu qu'à ce moment-là je ne serais pas végétarienne. Et elle avait raison.

Voilà. C'est tout.


Rendez-vous sur Hellocoton !